Cette maison de ville mesure 152 centimètres de largeur

le
0

EN IMAGES - Coincée entre deux immeuble du centre-ville de Varsovie, cette mini-maison fait davantage office de performance artistique que d’habitation. Elle comprend néanmoins tout le nécessaire pour y habiter.

Claustrophobes et autres personnes se sentant facilement étouffées sont donc prévenues! 152 centimètres. Pas un de plus. C’est la largeur maximale de cette maison pour le moins insolite - baptisée «Keret House» - située à Varsovie, la capitale polonaise. Construite en 2012, elle est l’œuvre de l’architecte Jakub Szczęsny. Coincée entre deux immeubles modernes aux dimensions «normales», ce petit pan de mur passe complètement inaperçu si l’on ne sait pas ce qu’il renferme. Et pourtant...

Pourtant ce pan de mur et sa petitesse record renferme un espace qui est loin d’être anodin: un véritable mini-appartement en forme de triangle, pourvu d’un escalier - très fin, lui aussi! - et d’une échelle pour grimper à l’étage supérieur, où l’on découvre un coin lit et un bureau. On trouve aussi une cuisine, une salle de bains et un coin salon. Le mini-appartement dispose de deux vraies fenêtres, ainsi que de panneaux de verre translucides qui composent les murs et laissent entrer la lumière. Tout l’ intérieur est peint en blanc et l’électricité du bâtiment est obtenue à partir d’ un bâtiment voisin.

La maison est d’ailleurs trop petite pour être apparentée à une véritable résidence, selon la loi polonaise. Si la construction peut, dans les faits, permettre à quelqu’un d’y habiter, pas sûr qu’il soit simple de lui trouver un locataire pérenne! C’est pourquoi cette maison s’apparente davantage à une installation artistique. Elle a d’ailleurs été soutenue par la mairie de Varsovie et par son musée d’Art moderne.

Maison de 3 mètres de large pour 1 million d’euros

La petitesse d’une maison n’effraie pas tout le monde. Et surtout pas à Londres, ville réputée pour ses excès en matière d’immobilier. Il y a quelques semaines, nous vous parlions d’un bien aux dimensions particulières: une «maison terrier» située dans un quartier du sud de la capitale britannique, East Dulwich, à deux pas de Peckham Rye park. Sa spécialité: toute en longueur, la maison n’excède pas... trois mètres de largeur.

Si vous pensez que vivre à l’étroit vous permettra de payer cette maison pour un prix serré, détrompez-vous! La maison a été mise en vente sur le marché pour la somme de 800.000 livres sterling... soit 1,04 million d’euros. «Ce bien avec ses dimensions atypiques est même la preuve que les prix de l’immobilier à Londres sont réellement hors de contrôle», pouvait-on lire dans le Daily Mail. Dans le même genre, voici des logements miniatures, construits directement dans les égoûts de la ville de Milan.

Ces égoûts habités ne sont qu’un prétexte pour l’artiste Biancoshock - auteur de ces ces œuvres - pour sensibiliser à la problématique du mal-logement. Une problématique, qui elle, n’a rien d’une performance artistique.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant