Ces projets d'urbanisme qui vont bousculer Bordeaux

le
2

Alors qu’une pétition de riverains circule à Bordeaux contre la construction d’une tour de 61 mètres de haut, un appel à projet a été lancé pour imaginer une édifice en bois de 17 étages.

Bordeaux continue sa mue urbanistique! Alors que le nouveau stade de la ville d’Alain Juppé a été mis en service et la Cité des vins qui ouvrira ses portes au printemps 2016 - Le Figaro Immobilier avait visité ces deux lieux en avant-première -, plusieurs tours de 50 à 60 mètres de hauteurs, dont une en bois, vont être construites dans différents lieux de la cité bordelaise. Un petit tour d’horizon s’impose...

La cité administrative (92 mètres de hauteur) et l’Hôtel de la métropole de Bordeaux (77 mètres) à l’architecture quelque peu «old school» ne seront bientôt plus les seules tours à dominer le ciel bordelais... Bordeaux Euratlantique, infrastructure qui encadre l’aménagement de 738 hectares autour de la gare Saint-Jean, vient de lancer un appel à projet pour construire une immeuble de logements de 17 étages pour 50 mètres de hauteur. Le seul impératif pour les architectes-candidats: imaginer un édifice 100% en bois qui sera principalement destiné au logement étudiant. Les ambitions afffichées sont de développer la fillière bois de la future grande région Aquitaine - Poitou-Charentes - Limousin et de favoriser des chantiers ayant un bon bilan carbone et à faibles nuisances.

Si le projet final sera dévoilé en janvier 2016, pour le directeur directeur d’Euratlantique, Stephan de Faÿ, la future structure en bois sera l’occasion de donner de la cohérence à l’urbanisme bordelais. «On veut éviter l’effet de tour isolée. Il en faut au moins deux. Et lorsqu’il y en a deux, sous certains angles, on n’en voit qu’une. Donc il en faut trois», explique-t-il au journal Sud-Ouest.

Une pétition de riverains lancée contre la tour Saint-Jean

À quelques centaines de mètres plus loin, la future tour Saint-Jean (rue Saget), qui n’est pas encore sortie de terre provoque l’hostilité des riverains. Au point de lancer une pétition en ligne contre l’édifice de 19 étages et 61 mètres de haut. Une hauteur qui n’en fera pourtant pas l’édifice le plus imposant de la ville... Le record est détenu non pas par un immeuble mais par la basilique Saint-Michel, qui avec sa flèche, pointe à 114 mètres au dessus du sol.

«La hauteur de la Tour Saint-Jean prend une signification urbaine évidente et crée un repère à la charnière entre le centre de la ville historique et l’extension urbaine en cours», a déclaré son auteur, l’architecte Jacques Ferrier. La future structure de la rue Saget accueillera, à sa livraison en septembre 2017, 90 logements étudiants.

Encore et toujours dans le quartier de la gare qui accueillera en 2017 la ligne LGV qui permettra de relier Paris-Bordeaux en deux heures, la Tour In nova (56 mètres de hauteur) sera livrée début 2017 pour un un investissement de 25 millions d’euros. Son originalité: deux cubes superposés l’un sur l’autre au design épuré. Le premier cube aux couleurs minérales aménagé sur neuf étages hébergera 6000 m² de bureaux. Le second bâtiment, aux façades plus colorées, accueillera quant à lui 30 appartements en accession libre (du T2 à T5) sur 3200 m² de surface et sept étages.

Enfin, dans un tout autre quartier, celui des Bassins à Flot où prend place la Cité des vins, une tour en béton de 53 mètres de hauteur prendra place sur l’îlot Lesieur d’ici à 2019. Si aucun dessin de l’édifice n’a encore été dévoilé, l’on sait que l’infrastructure comptera 320 logements. Dont une vingtaine de lofts de haut-standing aménagés dans les derniers étages de l’édifice. Ces futurs spots avec vue unique sur la métrople bordelaise seront misent en vente dès novembre 2015.

700.000 euros pour un appartement de 99m² dans le quartier de la promenade Saint-Catherine

Loin des futures tours qui vont fleurir le ciel de Bordeaux, dans centre-ville historique de la ville, le quartier de la promenade Saint-Catherine édifié ouvrira ses portes le 25 septembre prochain. L’ensemble des bâtiments à l’architecture résolument contemporaine - à deux pas des hôtels particuliers et immeubles aux façades datant du XVIIIe siècle - accueilleront 28.000 m² de commerces, et 100 logements haut-de-gamme de type T2 à T5 sur 11.000 m². Pour devenir propriétaire d’un logement de 99 m² (T3) dans ce quartier, il faut débourser la jolie somme de 699.400 euros, soit 7065 euros du mètre carré. En comparaison, le prix moyen du m² pour un appartement dans la cité bordelaise s’élève à 3.100 €, selon MeilleursAgents.

D’ici à 2030, la municipalité d’Alain Juppé ambitionne de construire 500.000 m² de bureaux et 60.000 logements neufs à Bordeaux et ses environs. Un projet ambitieux pour cette ville qui était autrefois surnommée «la Belle endormie»...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4484897 le dimanche 13 sept 2015 à 16:11

    Ils ont oublié la Belle mosquée de plus de quatre mille place ou sévira Tareck obrou aux idées plus que rigoureuses sur sa religion et malgré tout ami de Juppé

  • mcarre1 le vendredi 11 sept 2015 à 21:39

    «La hauteur de la Tour Saint-Jean prend une signification urbaine évidente et crée un repère à la charnière entre le centre de la ville historique et l’extension urbaine en cours», a déclaré son auteur, l’architecte Jacques Ferrier. Pipeau - bla bla pour vendre sa daube. Si c'est tout ce qu'il a trouvé, c'est que c'en est vraiment une.