Ces musulmans séduits par le FN        

le
0
Marine Le Pen aux côté de Wallerand de Sant-Just, tête de liste FN en Ile-de-France pour les élections régionales de décembre. 
Marine Le Pen aux côté de Wallerand de Sant-Just, tête de liste FN en Ile-de-France pour les élections régionales de décembre. 

Cela devait être un jour de classe ordinaire. Devant le tableau noir, un jeune agrégé de lettres lance à ses lycéens : « Victor Hugo est l'un de nos plus célèbres poètes. » Soudain, les insultes fusent : « Tu es un traître ! Tu trahis tes origines ! » Éberlué, Farid, Français d'origine algérienne, comprend alors l'objet du courroux : ses élèves se sentent avant tout algériens, marocains, togolais ou camerounais, au point de lui contester l'emploi de la première personne du pluriel pour évoquer le génie littéraire de ce qui est aussi leur pays : la France. Alors ce ne fut pas un jour comme un autre. Choqué, Farid décida de prendre sa carte au Front national.

« Le tabou du FN a sauté »

C'est une réalité : des enfants d'immigrés ainsi que des musulmans ont rejoint Marine Le Pen. Historiquement, ces derniers (ils représentent environ 5 % du corps électoral) ont toujours voté à gauche. À la présidentielle de 2012, selon une enquête de l'Ifop, 57 % d'entre eux ont voté pour François Hollande au premier tour, contre seulement 4 % pour Marine Le Pen. Mais depuis trois ans, « le tabou du FN a sauté chez ces électeurs » constate Gilles Kepel, auteur de Passion française*, une enquête captivante sur les candidats issus de l'immigration aux élections législatives de 2012. Pour sa campagne en vue des élections régionales en Ile-de-France, la tête de liste Wallerand de Saint-Just a ainsi prévu de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant