Ces miroirs d'eau qui embellissent les villes françaises

le
1

EN IMAGES - Bordeaux, Paris, Montpellier... et dernièrement Nantes. Toutes ces villes ont aménagé un théâtre d’eau afin de mettre en valeur leur patrimoine. Découverte d’une tendance.

«Miroir, Ô mon beau miroir»... Dis-moi laquelle de ces villes est la plus belle! Alors que le miroir d’eau le plus célèbre au monde se situe face au majestueux Taj Mahal à Âgrâ en Inde, en France, de nombreuses villes (dont Bordeaux, Montpellier, Paris...) ont décidé d’aménager une pièce d’eau en ville afin de mettre en valeur leur architecture et leur patrimoine historique. La dernière en date a été inaugurée ce mois-ci à Nantes, en Loire-Atlantique.

À Nantes - ville autrefois surnommé «la Venise de l’Ouest» - un miroir d’eau vient d’être mis en service en lieu et place de l’ancien bras de la Loire disparu depuis les années 30 face au château des ducs de Bretagne. Construit en forme de parallélogramme sur une surface de 1300 m², ce théâtre d’eau est agrémenté de 200 brumisateurs et 32 jets d’eau qui s’illuminent la nuit grâce à des LED. «On découvre maintenant une véritable entrée de ville. Le miroir d’eau en est un élément symbolique car il est installé dans l’ancien lit de la Loire et qu’il se trouve au pied du château. Il est aussi emblématique de l’importance que l’on donne au centre-ville, d’autant plus que nous avons mené ce projet en concertation avec les habitants», a expliqué Johanna Rolland, maire de la ville.

Aménagée pour un coût total de 3,2 millions d’euros, cette piece d’eau nantaise en rappelle une autre située dans le Sud-Ouest de la France, à Bordeaux.

C’est le plus grand du monde et très certainement le plus célèbre de France! Depuis bientôt dix ans, la capitale girondine a mis à disposition de ses habitants et des touristes un miroir d’eau de 3450 m². Véritable symbole du renouveau de Bordeaux, ce théâtre d’eau jouit d’un emplacement symbolique et historique face à la Place de la Bourse et ses façades datant du XVIIIe siècle inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco.

Partie intégrante des quatres kilomètres qui longent la Garonne, l’œvre architecturale - réalisée par le paysagiste Michel Corajoud à la demande d’Alain Juppé (maire de la ville) - offre à certains moments de la journée un brouillard artificiel pouvant atteindre deux mètres de hauteur! «Le miroir d’eau est devenu un symbole que les gens s’approprient comme étant l’histoire du renouveau de la ville, résume au Figaro Élizabeth Touton, ajdointe à la mairie de Bordeaux, en charge de l’urbanisme. C’est également un lieu populaire où se réunissent les Bordelais venus se détendre aux abords du miroir.»

À Montpellier, loin du centre-ville historique, un miroir d’eau agrémente depuis 2013 le parvis Stéphane Hessel, dans le quartier très contemporain du Port Marianne. Conçue par l’architecte Marc Lehmann à qui l’on doit les réalisations entre autre Parlement européen à Strasbourg, cette pièce d’eau dont la construction a coûté 1,1 million d’euros donne sur les infrastructures du RBC Design Center et le Nuage. Le pari urbanistique de ce miroir d’eau montpelliérain semble pourtant moins réussi qu’à Nantes ou Bordeaux!

Du côté de Paris, seule la Place de la République réaménagée depuis 2013 possède son théâtre d’eau. D’une petite surface (270 m²), ce dernier n’est que très rarement mis en service. Sur le terroire français, le prochain miroir d’eau sera livré à Beauvais (Oise). D’une superficie de 600 m², il prendra place sur le parvis de l’Hôtel de Ville.

Enfin, terminons notre petit tour d’horizon des miroirs d’eau à l’étranger avec le célèbre Taj Mahal en Inde qui date du XVIIe siècle. Mais également le Christchurch Arts Centre en Nouvelle-Zélande et l’Alhambra à Grenade en Espagne.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sidelcr le vendredi 11 sept 2015 à 17:54

    On préfèrerait payer moins d'impôts . Bientôt il n'y aura plus que les municipalités qui auront les moyens d'avoir des fleurs .