Ces étranges hackers russes qui sèment l'effroi sur le Web

le , mis à jour le
0
Le gouvernement russe nie toute implication dans les nombreuses attaques informatiques qui ont ciblé l'Ukraine et la Pologne ces derniers mois.
Le gouvernement russe nie toute implication dans les nombreuses attaques informatiques qui ont ciblé l'Ukraine et la Pologne ces derniers mois.

Les responsables en sécurité informatique de la plupart des infrastructures critiques européennes voient approcher les fêtes de fin d'année avec inquiétude. Depuis plusieurs années, la période de Noël est en effet marquée par d'importantes attaques informatiques. Le 23 décembre dernier, des hackers s'en prenaient ainsi au réseau de distribution électrique ukrainien, plongeant la moitié des foyers de la région d'Ivano-Frankivsk (1,4 million d'habitants au total) dans l'obscurité. L'année précédente, à la même date, les autorités allemandes révélaient que de mystérieux pirates informatiques étaient parvenus à prendre le contrôle, à distance, d'un haut-fourneau, le poussant à une telle température que l'équipement industriel avait été irrémédiablement endommagé. Le 19 décembre 2013, les serveurs du Premier ministre italien étaient, pour leur part, visités.

>> À lire aussi : Faut-il avoir peur des cyberdjihadistes ?

À chaque fois, des individus ayant recours à des serveurs russes. Et, la plupart du temps, le même logiciel malveillant : Black Energy. Un « cheval de Troie » qui se niche, à l'insu des internautes, au c?ur de la mémoire des ordinateurs lorsque leurs utilisateurs téléchargent des fichiers à l'allure inoffensive. Un virus ancien si l'on en croit Robert Lipovsky, membre de l'équipe de recherche...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant