Casino, Intermarché et Leclerc soutiennent les producteurs de porc

le
5
CASINO, INTERMARCHÉ ET LECLERC SOUTIENNENT LES PRODUCTEURS DE PORC
CASINO, INTERMARCHÉ ET LECLERC SOUTIENNENT LES PRODUCTEURS DE PORC

PARIS (Reuters) - Casino, Intermarché et Leclerc ont réaffirmé leur intention de maintenir leur prix d'achat du porc à 1,40 euro le kilo jeudi au marché de référence de Plérin afin de soutenir les éleveurs.

Le gouvernement s'est mobilisé mardi pour tenter d'enrayer une nouvelle guerre du prix du porc, au lendemain du boycottage du marché de référence français, en Bretagne, par deux des principaux industriels du secteur.

Le groupe coopératif Cooperl et Bigard/Socopa ont refusé lundi d'acheter les porcs bretons mis en vente sur le marché de Plérin, dans les Côtes d'Armor, qui fixe deux fois par semaine les prix de référence pour la France, le prochain jour étant jeudi.

Ils jugent intenable, face à la concurrence étrangère, le cours de 1,40 euro le kilo fixé en juin par un accord entre industriels, grande distribution et syndicats agricoles.

Le groupe Casino, qui s'approvisionne auprès des industriels et des transformateurs, précise dans un communiqué publié mardi soir son intention de donner sa priorité d'achat aux fournisseurs ou groupements apporteurs de porc qui respecteront ce cours de 1,40 euro le kilo.

Intermarché appelle de son côté ses fournisseurs à rejoindre sa démarche de "valorisation" du prix dans la filière porcine afin de maintenir le cours du porc sur le long terme.

Michel-Edouard Leclerc, président de l'enseigne éponyme, confirme, lui, sur son blog que ses équipes ont bien reçu pour consigne de maintenir leurs positions d’achat à 1,40 euro le kilo.

"Evidemment, la situation ne sera pas tenable à moyen terme" si seuls quelques gros opérateurs jouent le jeu, estime cependant Michel-Edouard Leclerc. "Il faudra alors que syndicats et gouvernement tirent les conclusions qui s’imposent".

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a dit mardi prendre l'engagement de "tout faire" pour qu'il y ait de nouveau une cotation jeudi à Plérin et exhorté tous les acteurs à faire preuve de responsabilité.

(Cyril Altmeyer, édité par Marine Pennetier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9591134 le mercredi 12 aout 2015 à 15:15

    les distributeurs se donnent le beau rôle, eux ne vont pas diminuer leur marge et non plus augmenter le prix de vente. Ils vont simplement demander aux industriels de baisser leur marge. Ce n'est pas grave lorsqu'il n'y aura plus d'industriel en France, on fera venir d'un autre pays mais on aura mis des milliers de personnes au chômage. Si déjà les distributeurs montraient l'exemple en diminuant leur marge mais on risque alors de toucher au train de vie des familles Mulliez, Leclerc et consort

  • aiki41 le mercredi 12 aout 2015 à 09:35

    de toute manière cette filière disparaitra. A la demande d'une minorité, il n'ya plus de porc dans les cantines scolaires, bientôt à la demande de cette même minorité il n'y aura plus de production de porc en France (pour le censeur, il n'y a rien de diffamatoire ni de discriminatoires dans ce que j'ai écrit)

  • M7097610 le mercredi 12 aout 2015 à 09:13

    c'est bien ! La coopérative cooperl, même grosse comme un boeuf avoue ainsi son impuissance à défendre les agriculteurs...un comble ! Elle avoue aussi que les producteurs bretons ont toujours cherché à ruiner leurs concurrents pour régner. Mais à ce petit jeu , on a toujours moins cher que soi : bien fait.

  • M1381654 le mercredi 12 aout 2015 à 09:04

    les fayots !!!

  • bouchet1 le mercredi 12 aout 2015 à 08:44

    1.40 le kg ! et ils nous le revendent combien le kg??? les producteurs ont bossé, eux prennent à 1.40 et se font une marge +++ (monopole de distribution + collusion (clair ici sur l'entente de prix à 1.40! !! ) ) exigeons la revente à un prix correct!