Caricature et démocratie : même combat

le
2
Dès 1789 et la proclamation de la liberté de la presse, les caricatures prennent leur essor.
Dès 1789 et la proclamation de la liberté de la presse, les caricatures prennent leur essor.

Dès l'Antiquité, les hommes se sont moqués des travers de leurs congénères, ont exagéré leurs traits, ont joué la carte du grotesque pour amplifier les défauts de ceux qui les agaçaient. De ces moqueries souvent tracées sur des murs, à la sauvette, on a gardé certaines traces, malgré les inévitables destructions : ainsi la première caricature du Christ, retrouvée dans les catacombes de Rome, qui représente Jésus sur une croix avec une tête d'âne, sans doute pour se moquer d'un citoyen converti.

Au Moyen Âge, la caricature est partout : dans les églises, où certains notables sont peinturlurés ou sculptés sur les chapiteaux des colonnes, dans les gargouilles si expressives, ou encore dans des farces ou des récits populaires, comme Le Roman de Renart, où les animaux parodient les hommes, une approche reprise plus tard par La Fontaine. Dans les enluminures, certains artistes s'amusent à parodier les thèmes récurrents de l'époque, notamment le diable, laissant parler librement leur imagination.

Il faut cependant attendre l'arrivée de l'imprimerie, au XVe siècle, pour que la caricature prenne une portée encore plus politique. Les feuilles volantes se diffusent, elles commencent à avoir une influence, on ne sait pas encore lire, mais on sait décrypter les images. Peu à peu, les gravures deviennent une arme, notamment pour le mouvement protestant naissant, qui les utilise pour singer les papistes. De l'Église au pouvoir, il n'y a...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cmoineau le vendredi 9 jan 2015 à 13:02

    Mais il n'y a plus de liberté d'expression en France

  • mucius le jeudi 8 jan 2015 à 17:12

    On ne peut dire que Charlie Hebdo soit spécialement attaché à la démocratie. Il avait mené une campagne pour l'interdiction du FN, rappelons-le... Il est attaché à sa propre liberté d'expression, rien de plus.