Carburants : la CGT joue son va-tout face au gouvernement

le
2
Pompes à essence de Tinteniac, dans l'ouest de la France, le 20 mai. 1 500 stations-service (sur un total de 12 000) connaissent actuellement des difficultés d'approvisionnement et affichent être en rupture de stock.
Pompes à essence de Tinteniac, dans l'ouest de la France, le 20 mai. 1 500 stations-service (sur un total de 12 000) connaissent actuellement des difficultés d'approvisionnement et affichent être en rupture de stock.

Selon la CGT, toutes les raffineries françaises auraient voté la grève ce matin. La raffinerie Esso de Fos-sur-Mer, dont les accès étaient occupés depuis lundi par des syndicalistes a été dégagée à l'aube par les forces de l'ordre. ?D'autres sites seront libérés", promet Manuel Valls qui affirme exclure tout retrait de la loi sur le travail.

La presse fustige aujourd'hui le "jusqu'au-boutisme" de la CGT. La plupart des éditorialistes critiquent la radicalisation du mouvement contre la loi travail pour maintenir son "leardership" syndical, d'autres y voyant un "bras de fer" très égotique entre le Premier ministre Manuel Valls et Philippe Martinez.

Inexorable fuite en avant

Dans Le Figaro, Gaëtan de Capèle cible une ?vieille centrale rouillée (...) lancée dans une inexorable fuite en avant". Cécile Cornudet , dans Les Échos, parle de "sabotage". "La CGT se sent en danger et sort les griffes" car, n'ayant "plus les moyens de susciter une mobilisation d'ampleur et d'engager une vraie guerre (...) elle choisit la guérilla". "À la CGT, les ultras ont pris le pouvoir", estime Olivier Auguste (L'Opinion), qui y voit "une tentative désespérée de ralentir sa chute".

Si Olivier Pirot dans La Nouvelle République du Centre-ouest "peut comprendre" que les reculades (du gouvernement) sur certains acquis sociaux soient la goutte d'eau qui a fait déborder le vase", il n'en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 9 mois

    Pour les encartés CGT : réfléchissez deux minutes à la problématique suivante : importer du brut en France pour le faire raffiner en France c'est un non sens financier, importer des produits finis raffinés dans des pays qui n'ont rien à fiche de la pollution (celle qui s'arrête aux frontières de l'Hollandie), ça coûte 20% moins cher. Alors pour sauver votre job...profil bas.

  • C177571 il y a 9 mois

    Quand on sait que les raffineries ne sont pas rentables en France,et à deux doigts d'etre fermées,ils ont bien raison de se mettre en grève pour se retrouver au chômage d'ici peu. Fernandez ne risque malheureusement pas le chômage.!!!!