Canal Seine-Nord : le coup de colère de Xavier Bertrand contre l'État

le
0
Xavier Bertrand demande à l'État de prendre des engagements.
Xavier Bertrand demande à l'État de prendre des engagements.

Le canal Seine-Nord, cette "autoroute fluviale" qui doit relier la Seine à l'Escaut, verra-t-il le jour un jour ? Un nouveau rebondissement vient en tout cas étoffer le feuilleton de ce projet, racontent L

es Échos

. Depuis la fin du mois de novembre 2016, le cadre juridique et financier est en place, restait à trouver un nom pour son président. Celui de Jean-Louis Borloo avait été cité à plusieurs reprises et sa venue était souhaitée par les élus de la collectivité régionale.

Mais mardi 10 janvier, le secrétaire d'État aux Transports Alain Vidalies annonçait dans La

Voix du Nord que le candidat de l'État pour la présidence du projet de canal Seine-Nord serait finalement le député PS Rémi Pauvros, auteur de deux rapports sur le dossier. L'État étant majoritaire au conseil de surveillance du projet, l'issue du scrutin ne fait guère de doute. Une "décision unilatérale contraire aux engagements pris [...] sans la moindre concertation", dénonce Xavier Bertrand dans Les

Échos.

Trois conditions

Le président de la région Hauts-de-France, qui abonde à hauteur de 350 millions d'euros au projet, pose donc trois conditions pour que cet engagement financier soit garanti. Il demande d'abord que le poste de président soit un poste bénévole, "Je ne veux pas mettre de l'argent...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant