Caméras piratées : mon week-end en hyper télé-réalité

le
0
Les flux vidéo de dizaines de milliers de caméras de vidéosurveillance sont en accès libre sur le Net.
Les flux vidéo de dizaines de milliers de caméras de vidéosurveillance sont en accès libre sur le Net.

J'ai passé mon week-end à me rincer l'oeil. Du Brésil à l'Ile-de-France, je suis entré dans le salon de dizaines de personnes. Je les ai regardées passer leur dimanche sur leur canapé, faire à manger et lire leur journal. Peut-être même vous ai-je regardé vous délasser sur votre terrasse. Si vous avez installé un système de vidéosurveillance chez vous et que vous n'avez pas pensé à en changer le mot de passe initial, c'est même tout à fait possible. Il s'agit de "caméras IP", dont tout l'intérêt est justement qu'elles soient consultables à distance.

Comment je suis devenu un Big Brother en puissance ? Depuis plusieurs semaines, un hacker à la nationalité inconnue a mis en ligne les images de milliers de ces caméras de vidéosurveillance. Son site répertorie par origine géographique les flux vidéo et propose pas moins de 2 000 entrées pour la seule France. Un sous-classement par ville permet aux amateurs de "télé-très-réalité" d'espionner des gens près de chez eux.

Militantisme ou voyeurisme

À en croire ce qu'il déclare sur son site internet, insecam.com, il s'agit pour ce pirate informatique d'alerter la population sur les dangers de la vidéosurveillance. "Ce site contient uniquement des accès à des caméras sans mot de passe et c'est totalement légal", précise-t-il. Reste que, entre militantisme et pur voyeurisme, la frontière paraît mince.

Arrivé sur le site, j'ai été accueilli par plusieurs grandes bannières de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant