Cambadélis : "Chez Todd, l'aigreur a pris le dessus"

le
1
Cambadélis : "Chez Todd, l'aigreur a pris le dessus"
Cambadélis : "Chez Todd, l'aigreur a pris le dessus"

Le Point : À l'occasion de la sortie de son livre, Qui est Charlie ? (Seuil), Emmanuel Todd revient sur la manifestation du 11 janvier et considère, dans une interview donnée à L'Obs, que le Parti socialiste est la "force politique principale" qui condamne "à la mort sociale" les fils d'immigrés... Comment le premier secrétaire du PS que vous êtes prend-il cette charge ?

Jean-Christophe Cambadélis : Ce sont des mots malheureux d'un homme malheureux qui a mal à sa République. Emmanuel Todd, souvenez-vous, était l'homme de "la fracture sociale" de Jacques Chirac. Avec le temps, l'aigreur a pris le dessus et s'exprime par des mots qui ne visent qu'à mordre, pas à débattre.

Lire aussi Emmanuel Todd : "Le 11 janvier ? Un moment d'hystérie collective !"

Sa thèse consiste à dénoncer l'unanimisme fallacieux de la manifestation Charlie...

Oui, mais ce n'est pas nouveau. Toutefois, ce n'est pas la sociologie des manifestations qui en donnent le sens. En 1789, ce n'est pas l'ensemble du peuple français qui a fait la Révolution. En 1848, encore moins. La Commune de 1871 n'a concerné que Paris, même si elle a pu exprimer des aspirations d'une partie des Français. En 1945, à la Libération, tout le peuple français ne défilait pas non plus derrière le général de Gaulle....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le mardi 5 mai 2015 à 17:10

    pas mal le cv de Cambadélis sur "Affaires et condamnations judiciaires" sur Wikipédia