Caisse nationale d'assurance vieillesse : fausses factures, vrai complot ?

le
7
Danièle Karniewicz, le 14 novembre 2007, en pleine négociation avec le ministre du Travail Xavier Bertrand sur les régimes spéciaux de retraite.
Danièle Karniewicz, le 14 novembre 2007, en pleine négociation avec le ministre du Travail Xavier Bertrand sur les régimes spéciaux de retraite.

À la CFE-CGC aussi, on lave son linge sale en public. Le monde syndical semble être autant un panier de crabes que la sphère politique. "On se croirait à l'UMP !" plaisante, sans sourire, Me Olivier Pardo, avocat de Danièle Karniewicz. À 58 ans, la syndicaliste, présidente de la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav) pendant dix ans et ancienne secrétaire nationale de la CFC-CGC, comparaissait jeudi devant le tribunal correctionnel de Paris. Soupçonnée d'escroquerie, elle est accusée d'avoir émis, entre 2009 et 2011, de fausses notes de frais, pour obtenir un double remboursement de ses déplacements professionnels. Montant des sommes perçues : plus de 86 000 euros.Les accusations sont graves, alors même que la Cnav enregistre un déficit de 3,1 milliards d'euros et que de gros efforts sont demandés aux Français. La syndicaliste, qui habite dans les Alpes-de-Haute-Provence, bénéficiait en effet d'un forfait semaine, payé par la CFE. Celui-ci comprenait un aller-retour en avion, la location d'une voiture de son domicile jusqu'à l'aéroport et la location d'un studio à Paris. Dans le même temps, Danièle Karniewicz était également indemnisée par la Cnav pour un aller-retour en train par semaine. Danièle Karniewicz se défend : "Il ne s'agit pas d'un double remboursement, mais d'un double trajet. Je faisais simplement un aller-retour de plus au milieu de la semaine."La thèse du complot C'est à l'été 2012, quelques jours avant...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • garaffa le samedi 12 juil 2014 à 18:05

    Et toujours les mêmes "DINDONS" contribuables!!!

  • frk987 le samedi 12 juil 2014 à 16:34

    Son employeur ne l'accuse pas, il serait bien mal à l'aise de le faire, vu que ça se pratique pour des milliers de salariés de la SS, c'est un règlement de compte externe.

  • M488902 le samedi 12 juil 2014 à 16:26

    A ce tarif-la , n'importe quel entreprise privee vous accompagne dans votre demenagement...Maintenant, etait-ce autorise ce qu'elle a fait ? Il suffit de lire les instructions.Pourquoi un jugement? Si elle a trop percu, qu'elle negocie avec son employeur qui l'accuse et donne la bonne reference.

  • frk987 le vendredi 11 juil 2014 à 18:15

    Si cette brave dame est condamnée, on va rigoler ce sont des milliers de cas identiques dans l'institution qui sont exactement dans le même cas, hors tout contexte syndical, précisons bien.

  • frk987 le vendredi 11 juil 2014 à 18:08

    Et resuite : au lieu de travailler quelques heures par jour, les agents passent leur temps en déplacements épuisants pour eux et ruineux pour le contribuable, après 2h de trajet vous arrivez dans un état inapte au boulot, et avec les grèves SNCF et autres amusettes, les 35 h se transforment en 10h. Voilà la REALITE des fusions des organismes de SS...pour faire des économies....mort de rire.

  • frk987 le vendredi 11 juil 2014 à 18:05

    suite : on ne veut pas comprendre que fusion = licenciement ou AU MOINS mutation dans une autre ville, alors...la dérive s'installe et EN TOUTE BONNE FOI des agents concernés.

  • mlaure13 le vendredi 11 juil 2014 à 18:01

    Ça magouille de partout...on ne peut plus croire en rien !...