Cacophonie sur le front des prix de l'électricité

le
2

Le premier ministre Manuel Valls a annoncé vendredi une légère hausse des tarifs de l'électricité à l'automne. Vingt-quatre heures auparavant, Ségolène Royal, la ministre de l'Énergie, avait indiqué un gel des tarifs au mois d'août.

Décidément la fixation des prix de l'électricité n'est jamais un dossier simple. Dans le cas présent, on peut même parler de cacophonie gouvernementale. Vendredi, en déplacement au Creusot, le premier ministre Manuel Valls a annoncé une légère hausse des tarifs réglementés pour l'automne, qui sera inférieure selon le locataire de Matignon à la majoration de 5% initialement prévue le 1er août. Cette augmentation de 5% avait fait l'objet d'un arrêté en 2013.

Le seul hic, c'est que l'intervention du premier ministre intervient vingt-quatre après celle de Ségolène Royal sur cette question. La ministre de l'Écologie et de l'Énergie avait indiqué jeudi que l'augmentation de 5% prévue cet été était gelée. Elle avait précisé également qu'une refonte de la formule de calcul des prix de l'électricité était actuellement en préparation, qu'elle serait transmise ensuite au Conseil d'État avant que la Commission de régulation de l'énergie (CRE) ne fasse un premier bilan en octobre. Bref, à aucun moment la ministre de l'Énergie n'avait évoqué un scénario de majoration tarifaire pour l'automne. Quant à savoir s'il y aura une hausse le 1er janvier - c'est la période ou a lieu traditionnellement un réajustement de la Contribution au service public de l'électricité (CSPE), une taxe destinée à financer l'essor des énergies renouvelables -, Ségolène Royal avait répondu sur BFM-TV qu'on verrait à l'automne.

EDFa fait les frais de la déclaration de Ségolène Royal

Si Manuel Valls corrige ainsi la position de sa ministre, c'est tout simplement parce qu'EDF a fait les frais de la déclaration de Ségolène Royal. Jeudi, après l'annonce du gel des tarifs réglementés cet été, le cours d'EDF à la Bourse de Paris a dévissé de plus de 10%. Il a finalement clôturé en baisse de 7,69%. Dans l'entourage de l'entreprise, même si aucune déclaration officielle n'a été faite sur le sujet, les interventions de Ségolène Royal sont désormais guettées avec inquiétude.

Quant aux rivaux d'EDF, ils s'insurgent résolument contre la politisation actuelle des prix de l'électricité, rappelant que les coûts de production de l'électricien doivent être répercutés sur la facture et que ce n'est ni aux actionnaires d'EDF, ni aux contribuables de payer un gel artificiel des tarifs.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lenip le lundi 23 juin 2014 à 05:57

    il faut faire des economies de consommation mais l augmentation des prix annule ces economies d ou aucune incitation a en faire plus j ai consomme 200 kw en moins que l an dernier mais au final je paie plus que l an passe cherchez l erreur !!!!!

  • stefalex le samedi 21 juin 2014 à 11:51

    EDF : "Nous vous devons plus que la lumière"Clients : "Effectivement, quand nous voyons nos factures, nous vous devons plus d'année en année..."