«BuyMeOnce», la plateforme qui vend des produits garantis à vie - ou presque -

le
0

Ce site internet répertorie plusieurs références de produits dont la durée de vie est supérieure à une vingtaine d'années. Pour sa fondatrice londonienne, Tara Button, cette initiative peut amener les industriels à abandonner l'obsolescence programmée.

Vêtements, chaussures, ustensiles de cuisine, jouets... La liste des produits répertoriés sur la plateforme internet BuyMeOnce.com est longue. Leur point commun? Ils sont censés durer...toute une vie. Une initiative destinée à lutter contre l'obsolescence programmée, selon la fondatrice, Tara Button. Une technique imputée aux industriels pour réduire, volontairement, la durée de vie d'un produit et pousser à la consommation. Cette stratégie est devenue une infraction en France, depuis l'été 2015.

Concrètement, BuyMeOnce.com recense des produits garantis sur de longues durées, voire disposant d'une garantie à vie, comme la fameuse cocotte en fonte Le Creuset. Outre les ustensiles de cuisine, les internautes peuvent aussi dénicher des produits de beauté, de la pince à épiler au lisseur, des vêtements mais également des jouets pour enfants, des enceintes musicales... Et même une brosse à dents! Pour résister au temps, ces produits sont parfois fabriqués à partir de matières biodégradables.

Jetter aux oubliettes la culture du gaspillage

«J'ai lancé BuyMeOnce parce que nous devons jeter aux oubliettes cette culture du gaspillage dans laquelle nous vivons», explique Tara Button, au Daily Mail .«J'ai découvert que, chaque année, 1,5 milion de tonnes de vêtements étaient jetés au Royaume-Uni». Pour cette londonienne de 33 ans, la plateforme qu'elle a créée intervient ainsi comme un moyen «d'économiser de l'argent et du temps à long-terme».

Si BuyMeOnce part d'une bonne intention, les consommateurs vont devoir mettre la main au porte-monnaie, car ces produits sont bien plus chers. Pour une paire de chaussettes, il faudra débourser 12 livres, soit 15 euros, si ce n'est plus. Autre exemple, un simple t-shirt en coton bio coûte plus de quarante euros. Tara Button reconnaît que les produits répertoriés sur BuyMeOnce ne sont pas donnés,. Pour autant, elle reste persuadée qu'en mettant le prix, les consommateurs peuvent forcer les industriels à laisser tomber l'obsolescence programmée.

L'obsolescence programmée, un délit en France

Une initiative similaire a été lancée en France en 2012, avec le site garantie5ans.com. Son objectif: faciliter la recherche de produits ayant une durée de garantie, supérieure ou égale à cinq ans. «Il y a 30 ans c'était la fierté d'une marque que de construire des produits durables, c'est a nous, consommateurs, de faire bouger les lignes pour que les entreprises réfléchissent de nouveau à cela», expliquait Ivan Couet, le cofondateur du site, au Monde .

En France, depuis l'adoption de la loi sur la transition énergétique, en juillet 2015, l'obsolescence programmée est devenue une infraction. Elle est ainsi punie de deux ans de prison et 300.000 euros d'amende. Un montant qui peut même monter jusqu'à 5% du chiffre d'affaires annuel réalisé en France par l'entreprise coupable.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant