Burkini : Manuel Valls divise son gouvernement

le
1
Le Premier ministre a confirmé être en faveur de l'interdiction du burkini sur les plages. Une position qui n'est pas partagée par tous ses ministres.
Le Premier ministre a confirmé être en faveur de l'interdiction du burkini sur les plages. Une position qui n'est pas partagée par tous ses ministres.

Si certains pensent que le burkini pourrait mettre en danger la cohésion nationale, celui-ci a d'ores et déjà eu raison de la cohésion gouvernementale. Le costume de bain, désormais interdit sur plus d'une trentaine de plages en France, continue de susciter le débat jusque dans les plus hautes sphères de l'État, au sein même du gouvernement, désormais publiquement divisé sur la question.

Depuis plus d'une semaine, que ce soit dans les journaux ou, comme ce matin à RMC, devant les micros de radio, Manuel Valls assure comprendre et soutenir les maires qui ont pris la décision d'interdire le burkini. « Un foulard est un foulard, un burkini est un burkini, une burqa est une burqa. C'est pour moi un symbole d'asservissement de la femme comme si la femme dans l'espace public était impudique », a déclaré le Premier ministre face à Jean-Jacques Bourdin. Et d'ajouter : « Ce sont des signes de revendication d'un islamisme politique qui vise à faire en sorte que, dans l'espace public, on fasse reculer la République. »

Dans son équipe gouvernementale, plusieurs ministres partagent la même conviction, à l'image de Jean-Vincent Placé : « Sur le fond, je suis sur la même position que Manuel Valls, c'est-à-dire sur une ligne républicaine et laïque », confie le secrétaire d'État chargé de la Réforme de l'État.

Vallaud-Belkacem : « Cela libère la parole raciste »

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7166371 il y a 4 mois

    les extrémistes cherchent 1) à se faire détester et à faire rejaillir ce rejet sur la communauté dont ils sont issue et 2) à diviser les français entre eux et à créer des multitudes de clivages dans l'opinion ( religieu, culturel...). Il faut donc les combattre avec une détermination absolue mais sans somber dans ces deux écueils , leur tactique est redoutable et machiavélique.