Botox et produits antirides portent le marché de l'esthétique médicale

le
0

En 2014, le marché de l'esthétique médicale a augmenté de 7,3%, à 5,3 milliards d'euros . Il est tiré par la Chine et toujours porté par les produits de traitement des rides.

Botox, implants mammaires… Tous les ingrédients du business de la beauté ont le vent en poupe. En 2014, le marché des produits utilisés en esthétique médicale et chirurgicale a affiché une progression de 7,3%, à 5,3 milliards d'euros, et la croissance devrait se maintenir au rythme de 7% à 8% par an jusqu'en 2019, estime une étude de l'Imcas (International Master Course on Aging Skin).

Ce marché qui vise encore surtout les femmes est porté par la Chine. Si les États-Unis en représentent toujours près de la moitié, l'Asie, en hausse de 13%, à 1,26 milliard d'euros, devance désormais l'Europe.

Mais, les choix esthétiques ne varient guère d'un continent à l'autre. Les Chinoises, les Européennes et les Américaines plébiscitent les traitements des rides. Les produits d'injection, qu'il s'agisse des toxines botuliques (Botox…) utilisées pour le haut du visage ou des produits de comblement à base d'acide hyaluronique pour la partie inférieure, demeurent le premier marché de l'esthétique médicale avec 38% du chiffre d'affaires.

La demande d'implants mammaires progresse à nouveau

Le marché des rides est suivi de très près par les appareils de modelage du corps et par les équipement à base d'énergie, qui représentent 35% des ventes. La cosméceutique active, qui regroupe des crèmes anti-âge considérées comme très actives, utilisées avant le recours aux injections et parfois prescrites par les médecins (une démarche interdite en France), occupe désormais la troisième place sur le marché de l'esthétique médicale.

Après l'affaire des prothèses défectueuses de la société PIP, «la suspicion semble disparaître progressivement et la demande en prothèses mammaires progresser à nouveau dans les pays affectés précédemment comme en Europe», assure l'Imcas. Les implants mammaires se retrouvent toutefois en dernière place du classement, malgré une hausse de 5% des ventes qui devrait se poursuivre jusqu'en 2019.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant