Bill Browder : "Je suis le pire ennemi de Vladimir Poutine"

le
1
Notice rouge de Bill Browder est un thriller-autobiographique qui nous emmène dans les hautes sphères de la finance new-yorkaise, des oligarques russes et de la mafia.
Notice rouge de Bill Browder est un thriller-autobiographique qui nous emmène dans les hautes sphères de la finance new-yorkaise, des oligarques russes et de la mafia.

C'est un sympathique requin qui nage devant nous dans une eau troublée par le Kremlin. Avant de devenir l'ennemi juré de Vladimir Poutine, Bill Browder a été pendant des années le plus gros investisseur étranger en Russie, avec son fonds Hermitage (qui pesait 4,5 milliards de dollars). La finance, l'Américain y a goûté pour la première fois à l'âge de 25 ans en investissant la totalité de ses économies (2 000 dollars) dans les privatisations en Pologne, en 1989, juste après la chute du bloc soviétique. Un petit paquet d'actions dont la valeur a été vite décuplée."Dans le domaine de la finance, réussir ce genre d'exploit équivaut à la première pipe de crack pour un drogué : une fois qu'on a essayé, on a envie de recommencer, encore et encore, le plus de fois possible", raconte-t-il dans son autobiographie Notice rouge, sortie le mois dernier aux éditions Kero. Le jeune Bill, totalement accro à ce jeu, décide alors de devenir le premier investisseur dans les pays de l'Est post-URSS. En 1996, il s'installe à Moscou et crée le fonds Hermitage avec Edmond Safra, un banquier libanais milliardaire. À force d'achats d'actions d'entreprises russes sous-évaluées, la valeur du fonds passera de 25 millions à 4,5 milliards de dollars. Mais en 2005, tout s'écroule : Poutine l'expulse de Russie et le déclare "menace pour la sécurité nationale". Son avocat Sergei Magnitski est assassiné. Aujourd'hui, Bill Browder passe l'essentiel de son...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le jeudi 5 mar 2015 à 14:51

    a sa place, je serais mal, très mal, même avec des milliards ! Félicitations pour votre courage