BHL : "Pourquoi Sarkozy aurait-il changé ?"

le
0
Bernard-Henri Lévy salue la politique étrangère de François Hollande, qu'il estime courageuse.
Bernard-Henri Lévy salue la politique étrangère de François Hollande, qu'il estime courageuse.

Invité d'Audrey Crespo-Mara, Bernard-Henri Lévy, auteur de Hôtel Europe (éd. Grasset), qui se joue au théâtre de l'Atelier, commente l'actualité. À commencer par le retour de Nicolas Sarkozy.Audrey Crespo-Mara : La première apparition de Nicolas Sarkozy, sa rentrée, c'était pour la première de votre pièce. Vous êtes amis ?REGARDEZ la réponse de Bernard-Henri Lévy en vidéoFrançois Hollande, c'est une situation inédite, est un président en exercice soutenu par un Français sur dix. Lors de la dernière conférence de presse, il est apparu résigné. Quel regard portez-vous sur sa présidence ?Je suis beaucoup moins sévère que tout ce que j'entends notamment dans un domaine qui est celui de la politique étrangère qui est le domaine présidentiel par excellence, le domaine où la différence se fait, le domaine où les actes politiques sont possibles. Le bilan est excellent ! Que ce soit le Mali, la Centrafrique, les positions sur la Syrie, l'Ukraine. Contrairement à ce que disait Nicolas Sarkozy hier, je pense que sur l'Ukraine la position de la France sous Hollande a été plutôt en pointe sur le reste de l'Europe. Et maintenant les bombardements sur l'Irak.Au sujet de Marine Le Pen, dans votre livre Hôtel Europe, vous écrivez : "Cette peste blonde qui, quand elle ne valse pas avec les néonazis viennois, copine avec les Kadhafi et Bachar el-Assad, cette nulle sur qui vient de se porter un suffrage sur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant