Bernard Cazeneuve s'efforce d'apaiser le malaise des policiers

le
0
BERNARD CAZENEUVE S'EFFORCE DE RASSURER LES POLICIERS
BERNARD CAZENEUVE S'EFFORCE DE RASSURER LES POLICIERS

PARIS (Reuters) - Bernard Cazeneuve s'est efforcé mardi de rassurer les forces de l'ordre à la veille d'une rare manifestation de policiers devant le ministère de la Justice et après une année éprouvante sur le terrain depuis les attentats de janvier.

Le ministre de l'Intérieur a promis que les dysfonctionnements judiciaires en partie à l'origine du malaise seraient corrigés, l'annonce devant en être faite prochainement par le Premier ministre Manuel Valls.

"Je ne peux accepter que des policiers, des gendarmes, puissent être atteints par des délinquants qui auraient dû se trouver en prison. Ces dysfonctionnements doivent être corrigés", a-t-il dit lors d'un discours devant 800 policiers et gendarmes.

Bernard Cazeneuve a cependant averti qu'il n'y avait "rien à gagner à opposer" la justice et la police.

Fait rare, l'ensemble des syndicats de police appellent à manifester sous les fenêtres de la ministre de la Justice Christiane Taubira après la fusillade survenue à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, il y a une semaine.

L'un des leurs a été grièvement blessé par un malfaiteur qui avait bénéficié d'une permission de sortie.

Dans un communiqué, l'Union syndicale des magistrats déplore que l'émoi des policiers "donne lieu à une polémique stérile visant à opposer artificiellement police et justice" et dit refuser toute réforme prise "sous le coup de l'émotion".

PRESSION MIGRATOIRE INÉDITE

Parallèlement aux "dysfonctionnements", les policiers pris dans le rythme d'un plan Vigipirate renforcé depuis les attentats de janvier se disent à bout de souffle, d'autant que la crise migratoire s'est ajoutée à cette mobilisation.

En outre, la tâche des forces de l'ordre va encore s'alourdir avec la Conférence sur le climat (COP21) prévue en décembre à Paris.

Pour répondre aux inquiétudes, Bernard Cazeneuve s'est engagé à poursuivre l'effort budgétaire engagé cette année et a égréné les moyens alloués - 1.186 voitures, 20.800 gilets pare-balles, etc. - avec le déblocage de 230 millions de crédits.

Le ministre a rappelé que le gouvernement avait décidé de créer sur trois ans 900 postes pour lutter contre l'immigration clandestine et 1.400 dans les services, dont 1.100 pour lutter contre le terrorisme.

Dans la lutte contre l'immigration clandestine, Bernard Cazeneuve a annoncé que plus de 17.000 migrants seraient reconduits à la frontière cette année, contre 15.000 en 2014.

Dans un contexte de "pression migratoire inédite", il y a une "activité considérable" contre l'immigration illégale, a-t-il assuré, démentant toute baisse des reconduites depuis le début du quinquennat.

Selon lui, la baisse apparente par rapport à la précédente majorité tient au fait que cette dernière agrégeait aux expulsions du territoire les départs volontaires de Roms.

(Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant