Berlusconi gracié mais humilié

le
0
Silvio Berlusconi joue désormais le rôle de roue de secours de Matteo Renzi.
Silvio Berlusconi joue désormais le rôle de roue de secours de Matteo Renzi.

Lundi, le tribunal de Milan a accordé une remise de peine de 45 jours à Silvio Berlusconi pour bonne conduite. L'ex-Cavaliere, qui purge une peine d'un an de travaux d'intérêt général dans l'hospice de vieillards de Cesano Boscone pour fraude fiscale, retrouvera donc sa liberté de mouvement le 8 mars prochain. Si le choix de la date - la journée internationale des femmes - a soulevé perplexité et sarcasmes, la remise de peine apparaît comme un lot de consolation accordé à l'ancien président du Conseil après l'humiliation qu'il a subie au cours de la présidentielle.Silvio Berlusconi avait en effet conclu un pacte avec Matteo Renzi. Le premier s'était engagé à appuyer les réformes institutionnelles du gouvernement en échange de quoi le second lui offrait une liste de trois possibles candidats à la présidence de la République. Berlusconi aurait choisi celui dont il se sentait le plus proche et il aurait pu se prévaloir de le parrainer. C'était sans compter le machiavélisme de Matteo Renzi... Pour rassembler le Parti démocrate (PD) hostile au pacte passé avec Berlusconi, l'ex-maire de Florence a attendu la veille du scrutin pour présenter la candidature unique de Sergio Mattarella.Berlusconi, la roue de secours L'ex-Cavaliere n'a donc pas eu le choix. Pire : l'austère Sergio Mattarella s'est illustré dans le passé en s'opposant au monopole télévisé de Mediaset, autant dire un crime de lèse-majesté. Mais bien qu'il se soit senti trahi et...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant