Béglé - Tous inégaux devant la mort !

le
2
Un cimetière en Moselle. Image d'illustration. 
Un cimetière en Moselle. Image d'illustration. 

Le gouvernement vient d'annoncer aux familles des victimes des attentats du 13 novembre qu'elles ne payeraient pas les impôts de leurs défunts pour l'année 2015. Une décision juste, humaine qui respecte le deuil de ces gens éprouvés de la pire manière dans leur chair et dans leur vie. Mais derrière cette annonce se cachent deux inégalités qui peuvent rapidement virer à la polémique.

Aujourd'hui pour céder à la dictature de l'émotion, demain devant les pressions des associations et après-demain pour des raisons politiques, le pouvoir peut discrétionnairement dispenser d'impôt certaines victimes, et pas d'autres. On voit bien l'usage critiquable qui peut être fait de cette tolérance. Mais plus grave, il existe plusieurs catégories de victimes. Pour les conjoints et les parents, mieux vaut perdre l'être aimé ce funeste vendredi 13 que 24 heures plus tard sur une autoroute fauché par un chauffard aviné. L'accident d'avion ou le cancer qui vient à bout d'une jeune femme de 25 ans quelques semaines avant Noël ne dispenseront pas les familles de verser leur écot à l'État. Contrairement aux coups de folie d'islamistes fanatisés et entraînés à tuer... Dis-moi comment tu vas mourir, je te dirai ce que cela coûtera à tes proches...

La balle est dans le camp de la secrétaire d'État

Il existe depuis longtemps un fonds d'indemnisation des victimes qui pourrait se substituer aux familles...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le jeudi 12 mai 2016 à 11:01

    La diarrhée du clientélisme socialiste

  • M4189758 le jeudi 12 mai 2016 à 09:35

    JPi - Allez! Instituons une indemnité sur la mort en toutes circonstances. Le blabla des bobos nous ferons faire des économies une fois au paradis.