Béglé - Buisson : Gepetto n'était que magnéto !

le , mis à jour le
0
En un livre et quelques passages télévisés, Patrick Buisson est devenu l'exact portrait de tout ce qu'il déteste et fustige. 
En un livre et quelques passages télévisés, Patrick Buisson est devenu l'exact portrait de tout ce qu'il déteste et fustige. 

Le livre aurait dû être un traité de sciences politiques de haut vol : l'indispensable mise à jour des Droites en France de 1815 à nos jours, l'ouvrage de René Rémond que tous les étudiants des IEP doivent connaître par c?ur. Mais il est « gadgétisé » par quelques pages (une soixantaine tout au plus) qui gâchent le propos. Sa plongée dans les entrailles du pouvoir suprême n'a qu'un seul but : discréditer celui qu'il a servi. Celui sans qui il n'aurait jamais donné à La Cause du peuple un tel retentissement. Ce faisant, Patrick Buisson déchire également sa propre image d'Épinal : on le croyait Gepetto alors qu'il n'est que magnéto. Sa force de conviction et son intelligence s'effacent devant les secrets d'alcôve qu'il convoque comme le font les majordomes désavoués des familles royales. Et encore ces confidences sont-elles discutables quand il reconnaît à la télévision qu'il n'a pas enregistré la scène au cours de laquelle Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, aurait décidé de laisser se propager des manifestations pour mieux montrer qu'il réclamait l'ordre et l'autorité. Cet aveu de fausse-monnaie discrédite tout le métal précieux que contient le livre. Buisson, ou l'anti-alchimiste, qui transforme l'or en plomb.

Une carrière professionnelle qu'il doit à Sarkozy

Dans ses confidences médiatiques que l'enfant du placard qui croit recouvrer sa liberté se...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant