Bataclan : un terroriste s'est fait passer pour un sauveur

le
0
Le Bataclan, photo d'illustration.
Le Bataclan, photo d'illustration.

Le 13 novembre 2015, alors que l'assaut est donné au Bataclan en plein concert, 40 hommes et femmes se réfugient dans une loge d'à peine 9 mètres carrés. Pour échapper aux terroristes, ils se barricadent à l'aide d'un canapé et d'un frigo. Cette scène, Caroline Langlade, une rescapée du Bataclan, l'a racontée devant la commission d'enquête parlementaire sur les attentats du 13 novembre le 15 février dernier.

« À chaque coup donné par le terroriste, on a tous tenu la porte, tenu le frigo, tenu le canapé », témoigne la jeune femme. Un rapport de force qui durera trois heures. Au bout d'un moment, la jeune femme fait éteindre la lumière de la loge et fermer les fenêtres « pour que le terroriste ne voie pas combien (ils étaient) en regardant par l'interstice de la porte, qui s'entrebâillait à chaque coup qu'il donnait », explique-t-elle.

Un vote à main levée salvateur

Après quelque temps, le terroriste ne cherche plus à ouvrir la porte, puis, après un long silence, une voix se fait entendre : « Ouvrez la porte, c'est le GIGN, je viens vous sauver. » Les otages sont méfiants. Ils décident alors de procéder à un vote à main levée pour décider ou non d'ouvrir la porte. C'est le « non » qui l'emporte, à une courte majorité seulement.

« Ce qui nous a aidés, c'est que le meilleur ami d'une personne qui était dans la loge a donné son téléphone portable au commissaire...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant