Bartolone : "En aucun cas je ne fusionnerai avec la Manif pour tous !"

le
0
En campagne pour les régionales en Ile-de-France, le président de l'Assemblée Claude Bartolone est furieux contre Manuel Valls.
En campagne pour les régionales en Ile-de-France, le président de l'Assemblée Claude Bartolone est furieux contre Manuel Valls.

"Jusqu'au dimanche soir du premier tour, il ne faut rien dire qui puisse démobiliser notre électorat !" s'enflamme Claude Bartolone. Le président de l'Assemblée nationale, en campagne pour les régionales en Ile-de-France, est tombé de sa chaise en découvrant dans la presse la dernière idée de Manuel Valls. "Il faut envisager toutes les possibilités, y compris celle d'une coalition en cas de score très élevé du FN. La question d'un retrait pour la droite comme pour la gauche peut ne pas être suffisante", a déclaré le Premier ministre à des journalistes mardi dernier, entraînant un débat sur une éventuelle fusion des listes gauche/droite. "Je me suis dit : c'est pas possible, c'est complètement contre-productif", raconte Bartolone.

Non au désordre à gauche

Soucieux de préserver les relations avec Europe Écologie-Les-Verts, le candidat aux régionales en Ile-de-France pour le Parti socialiste s'inquiète : "Imaginez le désordre que vous mettez à gauche !" Cette suggestion de Manuel Valls peut être considérée comme cohérente avec son idée, à l'automne 2014, de créer "une maison commune" des progressistes. Claude Bartolone rétorque : "La maison commune, c'est le partage des pièces que l'on décore ensemble. Ce n'est pas aller habiter chez la voisine !" Et de clamer, alors qu'il est campagne contre Valérie Pécresse, chef de file des Républicains en Ile-de-France qui a sur ses listes des représentants de la Manif pour tous :...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant