Bangladesh : les écrivains assassinés

le
1
L'éditeur Faisal Abedin Deepan a été assassiné le 31 octobre dernier.  
L'éditeur Faisal Abedin Deepan a été assassiné le 31 octobre dernier.  

C'est un drame semblable à celui de Charlie Hebdo qui se déroule actuellement au Bangladesh. Depuis le début de l'année, les intellectuels qui prônent la liberté de conscience y sont, en effet, régulièrement pris pour cible par des terroristes islamistes. Six d'entre eux ont perdu la vie depuis janvier. Des dizaines d'autres ont reçu des menaces de mort. Dans ce pays de près de 160 millions d'habitants où l'islam sunnite occupe une place prépondérante, ces violences et tentatives d'intimidation sont revendiquées par le mouvement Ansar al-Islam, souvent présenté comme la branche d'Al-Qaïda sur le sous-continent indien.

Climat de terreur

Le week-end dernier, ce groupuscule qui révère Ben Laden a perpétré deux nouvelles attaques. L'éditeur Faisal Arefin Dipan a été assassiné à la machette dans son bureau à Dacca. Quelques heures plus tôt, Ahmedur Rashid Tutul, directeur des éditions Suddhaswar, était grièvement blessé à l'arme blanche. L'écrivain Ranadipam Basu et le poète Tareq Rahim, présents dans son bureau au moment de l'attentat, ont réchappé de justesse à cette attaque. Le point commun entre ces hommes ? Avoir publié le défenseur de la laïcité Avijit Roy, lui-même tué en février dernier pour ses écrits. La femme de cet écrivain, également blogueuse influente, Rafida Ahmed Bonna, avait été poignardée. Elle a survécu.

Sur Internet, les représentants d'Ansar al-Islam expliquent que les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le mercredi 4 nov 2015 à 11:04

    la religion est l'ennemi du progrès humain.