Avant/après: une entreprise adapte les grandes maisons à la colocation

le
0

EN IMAGES - Alors que le besoin de colocation ne cesse de progresser, une jeune société transforme des maisons pour les adapter à cette demande. Un exemple, à Orléans.

La colocation, c’est souvent une solution économique pour se loger, mais pour peu que le logement ne s’y prête pas bien, l’expérience peut rapidement virer au cauchemar. Afin d’éviter ces désagréments aux colocataires et (surtout) proposer une solution clé en main au propriétaire, la jeune société Coloc&Vie a choisi de se spécialiser dans la rénovation, l’aménagement et la gestion de biens immobiliers destinés à la colocation.

Pour l’instant, l’entreprise née en 2014 ne compte que trois résidences en fonctionnement (Lille, Rouen et Orléans), mais deux autres s’y ajouteront d’ici la fin de l’année et ses dirigeants ne manquent pas d’ambition. «La demande pour ce type de logement est forte et pour les propriétaires c’est une formule avec très peu d’impayés et des rendements intéressants, souligne Nicolas Baussant, cofondateur de Coloc&Vie. L’investissement rapporte 6,5% à 7% brut et nous visons 5% en net.»

4 chambres au minimum

Dans un premier temps, cette société créée par des spécialistes indépendants de l’immobilier (gestion, administration, investissement, rénovation, aménagement, travaux) s’est chargée elle-même de trouver des maisons qui se prêtent à la colocation avant de les transformer. La résidence est ensuite financée par des investisseurs. Mais à l’avenir, l’entreprise espère attirer les propriétaires et héritiers de grandes maisons dont ils n’ont pas d’usage personnel et qui rapporte peu. «Evidemment, la localisation est importante, rappelle Nicolas Baussant. Pas question de s’implanter à la campagne, il faut être tout près des écoles et de l’activité économique. Et pour ce qui est de la taille, il faut pouvoir y installer 4 chambres au minimum.»

Pour sa résidence du centre d’Orléans, Coloc&Vie dispose d’une belle bâtisse de 230 m² achetée pour 350.000 euros. Après 160.000 euros de travaux et 34.000 euros d’équipement, les lieux sont transformés pour accueillir 9 chambres, une vaste cuisine/salle à manger de 35 m² et une pièce de séjour de la même taille. Selon le cahier des charges de Coloc&Vie, les chambres occupent une surface minimum de 13 m² et doivent toute disposer de leur salle d’eau (douche, vasque, WC) de 4 m² en général. «Plus il y a de chambres, plus c’est rentable, explique Nicolas Baussant. Mais cela devient aussi plus difficile à réutiliser pour un autre usage par la suite.» Les loyers par chambre sont généralement compris entre 350 à 420 euros hors charges et atteignent 375 euros à Orléans.

Mandat de gestion

Si la société prend tout le travail à sa charge, elle se rémunère avant et après les travaux. Compter 6% du montant du projet hors taxes pour mener à bien le chantier et ensuite, au moins pendant les 3 ans du mandat de gestion, 8% des loyers encaissés seront prélevés. Des frais que Coloc&Vie justifie par le fait qu’une colocation réclame plus de suivi qu’une location classique. Enfin, côté pratique, les colocataires signent un seul et même bail au gré des arrivées, sans clause de solidarité entre les occupants.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant