Autriche : Norbert Hofer, un extrémiste si présentable

le
2
Le candidat du FPÖ, Norbert Hofer : un quasi-inconnu qui a devancé son rival de 14 points lors du premier tour de l'élection présidentielle autrichienne. 
Le candidat du FPÖ, Norbert Hofer : un quasi-inconnu qui a devancé son rival de 14 points lors du premier tour de l'élection présidentielle autrichienne. 

Pour son dernier meeting de campagne avant le second tour de l'élection présidentielle, le 22 mai, Norbert Hofer aurait pu s'offrir la Heldenplatz, la place des Héros, épicentre de la vie politique viennoise. Le candidat du parti d'extrême droite FPÖ, arrivé largement en tête au premier tour avec plus de 35 % des suffrages, et grand favori du second, a préféré aller à la rencontre des « vraies gens ».  Ce vendredi, il avait donc convié ses supporteurs à Favoriten, un faubourg populaire de la capitale, plus précisément sur la Viktor-Adler Platz. La chose est assez ironique de la part d'une personnalité représentant la droite radicale, dans la mesure où le Viktor Adler en question est un des fondateurs de la social-démocratie autrichienne.

Après une bonne heure et demie d'attente qui a permis à l'orchestre d'épuiser la quasi-totalité du répertoire populaire, Hofer est apparu. Fidèle à lui-même : la démarche incertaine en raison d'un accident de parapente qui l'a laissé handicapé il y a une demi-douzaine d'années, disponible, toujours souriant et le propos étonnamment modéré pour un représentant de la droite de la droite.

Il détourne à son profit le désormais célèbre « nous sommes le peuple » scandé par les opposants au régime est-allemand en 1989. Il dit aussi que l'Autriche ne peut plus accepter de demandeurs d'asile. Et qu'une fois élu, il s'engage à ?uvrer pour que ses enfants (quatre) et la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp il y a 8 mois

    peut-on être plus mauvais que sarko ou hollande : je pense que c'est impossible

  • delapor4 il y a 8 mois

    Norbert Hofer est populiste donc proche des préoccupations du peuple. Ce n'est pas le cas du Point. C'est donc Le Point qui est extrémiste. Ou alors il faudrait dire que c'est le peuple qui est extrémiste et remplacer la démocratie par la dictature des élites. C'est déjà un peu le cas...