Australie : les méthodes musclées contre l'immigration clandestine

le
0
Ces clandestins sri-lankais ont été interceptés alors qu'ils tentaient de rejoindre l'Australie, et ont été renvoyés dans leur pays.
Ces clandestins sri-lankais ont été interceptés alors qu'ils tentaient de rejoindre l'Australie, et ont été renvoyés dans leur pays.

"Treize mères ont tenté de se suicider, dont sept en 48 heures" dans le camp de réfugiés de l'île australienne Christmas, annonçait mercredi dernier la Commission australienne des droits de l'Homme, une agence gouvernementale. Pensant maximiser les chances de leurs enfants de rester en Australie en les laissant orphelins, ces femmes étaient prêtes à mourir. Devant cette détresse, le Premier ministre australien, Tony Abbott, a affirmé qu'il ne céderait pas à un "chantage moral" et a précisé que "le gouvernement n'allait pas se laisser conduire sa politique par des gens qui arguent de la morale à mauvais escient". Terre d'immigration, l'Australie accueille chaque année plus de 200 000 étrangers. Pourtant, l'immigration est devenue un sujet de crispation, notamment lors des dernières élections. Et depuis un an, le pays mène une politique extrêmement sévère de lutte contre l'immigration clandestine à travers l'opération "frontières souveraines". Les bateaux d'immigrés sont ainsi interceptés en pleine mer, avant même d'atteindre les côtes de l'île. Placés dans des camps provisoires, les passagers hommes, femmes et enfants sont ensuite transférés dans des centres de rétention basés en Papouasie-Nouvelle-Guinée ou sur les îles du Pacifique de Nauru et Manus, en attendant que leur dossier soit examiné. Violation de la convention sur les réfugiés Le gouvernement australien a annoncé, en début de semaine, avoir intercepté deux...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant