Audiences : le débat de la primaire de la gauche fait un flop

le
1
Derrière les audiences des débats de la primaire, la question, cruciale, de la participation.
Derrière les audiences des débats de la primaire, la question, cruciale, de la participation.

Le premier débat des candidats à la primaire de la Belle Alliance populaire n'a pas retenu autant de téléspectateurs que celui des sept prétendants de la droite il y a deux mois. Jeudi soir, ils n'étaient que 3,8 millions jusqu'à 23 h 30, soit 18,3 % de part de marché selon Médiamétrie contre 5,6 millions de téléspectateurs (26,3 % de PDA) en octobre 2016. Pour en finir avec les chiffres, Médiamétrie précise que sur la cible la plus prisée des publicitaires, seules 12 % des femmes responsables des achats de moins de cinquante ans se sont laissé séduire par les propos de Manuel, Vincent, Benoît, Arnaud et les autres...

Mais là n'est pas le plus grave, évidemment, pour le PS. Car en octobre, la bonne performance du débat opposant les candidats de la droite et du centre a précédé une nette réussite de leur primaire : 4,29 millions de Français s'étaient déplacés au premier tour, et 4,36 millions de votants au second. Pour mémoire, la gauche avait attiré 2,8 millions de votants en 2012 pour la première primaire jamais réalisée en France. À l'époque, cela avait été considéré comme un succès. Mais en réussissant à son tour l'exercice, la droite a haussé le niveau d'exigence.

Un fiasco à venir ?

Évidemment rien n'est joué. Mais la contre-performance médiatique de jeudi soir pourrait annoncer cette fois un fiasco en termes de participation pour la gauche. Les conséquences ne seraient pas...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 11 mois

    La gauche est-elle capable d'autre chose qu'un flop ? une fois que l'on promet tout et n'importe quoi sans le financement associé...ça marche pour 30% des électeurs, mais à la fin, ils passent pour ce qu'ils sont : des démagogues bloqués dans une idéologie d'avant 1914.