Au Zénith, Juppé, le candidat qui garde "la pêche"

le
0
Alain Juppé a cité de Gaulle et Charles Péguy, assumant d'être le candidat de l'espérance.
Alain Juppé a cité de Gaulle et Charles Péguy, assumant d'être le candidat de l'espérance.

Ce lundi soir, au Zénith de Paris, les yeux des curieux et les objectifs des photographes étaient tous rivés sur Alain? Delon. L'acteur, et ancien supporter de Nicolas Sarkozy, a créé l'événement en assistant à l'avant-dernier meeting d'Alain Juppé. « Je ne pensais pas qu'il viendrait s'afficher, tant mieux pour nous ! » se félicitait un proche du candidat.

Dans le public de la salle de concert parisienne (remplie par 6 000 personnes), il y avait d'autres petites surprises. Dans les gradins, l'ex-président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré a pris place parmi les élus LR, Modem et UDI. Le chiraquien avait été pressé par Juppé lui-même d'annoncer son ralliement, lors d'une visite à la foire du livre de Brive, le 6 novembre. C'est chose faite.

La troisième surprise était féminine. La moitié d'Alain Juppé, celle qu'il excuse auprès de ses hôtes dans presque tous ses déplacements, et qui n'est là que dans les moments les plus importants : Isabelle Juppé, donc. C'est avec elle que le favori des sondages a fendu la foule, acclamé par ses supporters, au son des cornes de brume, avant de s'asseoir à côté de Valérie Pécresse, pressentie pour être son Premier ministre. Ne manquait plus que Xavier Bertrand, qui annoncera probablement son soutien, vendredi 18 novembre, à Lille.

Alors que François Fillon monte dans les sondages (+ 7 points dans le sondage Sofres-Kantar-OnePoint) et prend...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant