AU TRIBUNAL DE L'INTERNET ! Faut-il réglementer le bracelet connecté ?

le
1
Le bracelet connecté jugé au tribunal de l'Internet.
Le bracelet connecté jugé au tribunal de l'Internet.

Internet ne cesse de se réinventer, enchaînant les modes et les usages les plus improbables, pour le meilleur ou pour le pire. Tout ce qui est techniquement possible est-il pour autant légitime ? Où placer le curseur des libertés sur Internet ? Faut-il créer de nouvelles infractions ? Faut-il édicter de nouvelles règles ? À vous de juger ! Le réfrigérateur qui passe une commande au supermarché, la fourchette qui vibre quand on mange trop vite, le pèse-personne qui calcule l'indice de masse corporelle et mesure la qualité de l'air, etc. En 2018, chacun d'entre nous possédera en moyenne huit objets connectés. Véritable star des appareils dédiés au bien-être, le bracelet podomètre cardio-connecté veille sur notre condition physique jour et nuit ! Relié au smartphone par Bluetooth, il mesure l'activité physique de son porteur, ses pulsations cardiaques et les calories dépensées ou, encore, la qualité de son sommeil. À l'instar d'un entraîneur sportif, il nous félicite pour nos progrès et nous rappelle à l'ordre quand la paresse nous gagne. Naturellement, plus on lui confie d'informations sur nous (poids, âge, taille, etc.), plus il est efficace. Assurance personnalisée Mais où sont stockées toutes ces données ? Qui peut y accéder ? L'utilisateur est-il protégé contre leur exploitation commerciale ou contre les risques d'interconnexion avec d'autres données le concernant ? Aujourd'hui, les acteurs du Net n'ont qu'une idée en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • .jpeg le lundi 28 juil 2014 à 09:42

    Une assurance auto conditionne déjà ses tarifs à l'utilisation d'un mouchard connecté. C'est le début.