AU TRIBUNAL DE L'INTERNET ! Faut-il contrôler la réédition de "Mein Kampf" ?

le , mis à jour le
1
Faut-il contrôler la réédition de Mein Kampf ?
Faut-il contrôler la réédition de Mein Kampf ?

« Un État qui, à une époque de contamination des races, veille jalousement à la conservation des meilleurs éléments de la sienne doit devenir un jour le maître de la terre », écrivait Adolf Hitler dans Mein Kampf (« Mon combat »). Ce pamphlet raciste et antisémite qui vomit sa haine de la France, pose les bases de l'idéologie nazie et de la « solution finale » revient sur le devant de la scène « littéraire » avec sa réédition permise par le simple jeu du droit d'auteur. Depuis le 1er janvier 2016, en effet, soit plus de 70 ans après la mort du dictateur nazi, Mein Kampf est tombé dans le domaine public et le Land de Bavière qui, depuis 1946, détenait les droits sur sa diffusion ne peut plus s'opposer aux nouvelles traductions et rééditions.

Une version « scientifique » du livre, accompagnée de notes et de commentaires critiques, connaît déjà un succès considérable en Allemagne. En revanche, dans d'autres pays comme les Pays-Bas ou le Luxembourg, la vente de Mein Kampf est interdite sur le fondement de l'« incitation à la haine ou à la violence ».

Quid en France ?

Quelle attitude adopter en France ? Est-il opportun de republier Mein Kampf, même si le droit le permet ? Certains s'opposent farouchement à la diffusion de ce texte réquisitoire, « négation même de l'idée d'humanité universelle », selon l'expression de politiques comme Jean-Luc...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.