AU TRIBUNAL DE L'INTERNET ! Défis sur Internet : faut-il les sanctionner ?

le
0
Le Tribunal de l'Internet.
Le Tribunal de l'Internet.

Il se voulait ludique. Il fut meurtrier. Le défi Facebook "À l'eau ou au resto" invitant ses membres à plonger, déguisés, dans une eau glacée sous peine d'avoir à payer un restaurant a déjà causé la mort par noyade d'un jeune de 19 ans. Le vélo avec lequel il s'était jeté, dans le port de Foleux, dans la Vilaine l'a entraîné malgré lui au fond de l'eau. Un autre participant, quelques semaines plus tôt, s'était grièvement blessé à la tête en plongeant dans une trop faible quantité d'eau.

D'autres défis véhiculent des dangers encore plus grands : c'est le cas notamment de la Neknomination, qui consiste à boire une grande quantité d'alcool cul sec ("to neck your drink") face à sa caméra, en provoquant ses amis ("nomination").

Liberté individuelle ?

Causant parfois le pire, ces paris de camaraderie donnent aussi dans le meilleur : ils suscitent de grands élans de solidarité, au profit notamment de la Ligue contre le cancer ou de personnes défavorisées. Ainsi, "À l'eau ou au resto" a permis de récolter des fonds pour aider Enzo, un jeune handicapé, à s'offrir un fauteuil roulant de compétition.

Principaux bénéficiaires de ces paris à haut risque : les réseaux sociaux qui publient les exploits et stimulent les candidats potentiels. Devant la vague grandissante de cette nouvelle mode, comment réagir ? Faut-il interdire ces défis et sanctionner ceux qui les lancent ? Faut-il au contraire privilégier la liberté...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant