AU TRIBUNAL DE L'INTERNET ! Comment concilier transparence d'Internet et neutralité du recrutement ?

le
1
AU TRIBUNAL DE L'INTERNET ! Comment concilier transparence d'Internet et neutralité du recrutement ?
AU TRIBUNAL DE L'INTERNET ! Comment concilier transparence d'Internet et neutralité du recrutement ?

La discrimination à l'embauche ne s'arrête pas à la consonance d'un nom ou d'un prénom. Elle s'étend à la Toile et ses secrets trahis. La formule "tout ce que vous direz sur Internet peut être retenu contre vous" est devenue un véritable épouvantail pour les postulants. D'autant que la manie qu'on a tous de googliser X et Y est devenue, chez les recruteurs, un véritable professionnalisme. Ces derniers ne se privent pas de scruter Internet et les réseaux sociaux à la recherche de détails qui font la différence. En quelques clics, il est facile de recouper les CV des candidats avec leurs profils Facebook ou LinkedIn, et de puiser dans les alvéoles de la Toile un tas de renseignements sur leurs loisirs et engagements divers. Autant d'informations qui permettront, le moment venu, de départager deux candidats aux compétences professionnelles équivalentes. Pourtant, selon la loi érigeant la discrimination en délit pénal (article L1132-1 du Code du travail), certaines données comme la religion, la nationalité ou l'orientation sexuelle ne doivent pas peser sur l'appréciation globale du candidat. Le seul et unique critère à prendre en compte par l'employeur, c'est l'aptitude professionnelle de la personne à occuper l'emploi concerné, et ce, sous peine de sanctions civiles et pénales au titre de la discrimination. Tout candidat écarté pour un ou plusieurs motifs discriminatoires peut déposer une plainte et demander des dommages et intérêts...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • heimdal le lundi 26 jan 2015 à 10:37

    C'est la france :tout un blabla pour décider si oui ou non un employeur qui ne veut pas embaucher quelqu'un vu en train de se cuiter ou de faire le c on sur Face de bouc ,en a le droit ou pas .Ce pays est sans arrêt tiraillé entre ou commence et ou s'arrête la liberté .Un peu de bon sens ,s'il vous plaït.