Attentats du 13 novembre : la Belgique aurait-elle fait preuve de négligence ?

le
0
En juillet 2014, un proche des frères Abdeslam aurait contacté la section antiterroriste de la police judiciaire fédérale pour l'avertir qu'une opération terroriste se préparait.
En juillet 2014, un proche des frères Abdeslam aurait contacté la section antiterroriste de la police judiciaire fédérale pour l'avertir qu'une opération terroriste se préparait.

Les attentats du 13 novembre auraient-ils pu être évités ? Plus le temps passe, plus les éléments allant dans ce sens s'accumulent. « En juillet 2014, on savait tout des frères Abdeslam », titre le journal belge L'Écho

. En effet, en juillet 2014, un proche des frères Abdeslam aurait contacté la section antiterroriste de la police judiciaire fédérale belge pour l'avertir qu'une opération terroriste se préparait. « Vous devez faire quelque chose. La menace est imminente », retranscrit le quotidien belge.

Les forces de police « ont été dans l'amateurisme le plus total »

Cette même source, en lien direct avec les frères Abdeslam, indique que leurs intentions sont claires et qu'ils ne les cachent plus, y compris auprès de leur famille. En tout, ce sont entre 10 et 13 personnes de la section antiterroriste de la police fédérale qui ont eu connaissance de l'information sur les frères Abdeslam à partir de juillet 2014. Et pourtant, rien n'y fait, l'information est prise à la légère. Rien à se mettre sous la dent à part une enquête diligentée par la police locale de Molenbeek qui aboutit à une audition des frères en février 2015, soit six mois après le lancement de l'alerte. Au final, le dossier est classé, Salah et Brahim Abdeslam étant même considérés comme ne représentant pas un danger.

Les éléments rapportés par L'Écho sont...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant