Attentats : dimanche de recueillement

le
0
Drapeau français déposé devant le restaurant Le Carillon, une des cibles des attaques. Image d'illustration. 
Drapeau français déposé devant le restaurant Le Carillon, une des cibles des attaques. Image d'illustration. 

Journée de recueillement

La journée de dimanche est placée sous le signe du recueillement, avec le début d'un deuil national de trois jours décrété par François Hollande. Les cathédrales, comme Notre-Dame, devaient sonner le glas. Musées, salles de spectacle et établissements culturels publics sont fermés en Ile-de-France. Les écoles rouvriront lundi 15 novembre. Une minute de silence sera observée demain, à midi, partout en France. Après son prédécesseur Nicolas Sarkozy dans la matinée, le chef de l'État reçoit à l'Élysée les responsables parlementaires des deux chambres et les chefs de parti pour tenter d'établir l'unité nationale. Avant de s'exprimer devant le Congrès à Versailles, lundi, une première pour lui.

Le président, qui a qualifié les attentats d'"acte de guerre", a décidé d'augmenter de 3 000 hommes les renforts militaires déployés en France. Sur le front extérieur, la France, engagée militairement en Syrie et en Irak, "frappera" Daesh pour le "détruire", a renchéri le Premier ministre Manuel Valls. En dépit de l'interdiction des manifestations à Paris jusqu'à jeudi, des centaines de personnes se sont rassemblées samedi soir place de la République, haut lieu de la mobilisation post-Charlie, où la devise de la capitale "Fluctuat nec mergitur" ("Il est battu par les flots mais ne sombre pas") a été peinte en grand. Des Parisiens se sont retrouvés près des sites visés par les attentats,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant