Attentats de Paris : un kamikaze avait été signalé par son école

le
2
Bilal Hadfi, 20, l'un des kamikazes du Stade de France, photo d'illustration.
Bilal Hadfi, 20, l'un des kamikazes du Stade de France, photo d'illustration.

Les tentatives de l'établissement belge pour alerter les autorités sur la radicalisation du Français Bilal Hadfi, l'un des kamikazes du Stade de France, sont restées bloqués au niveau administratif, révèlent aujourd'hui les quotidiens belges De Morgen et Het Laatste Nieuws. D'après "Le Soir", le jeune homme s'était notamment fait remarquer en début d'année en célébrant les attaques menées contre Charlie Hebdo en janvier dernier. L'école avait alors signalé son comportement, en vain.

Le Comité P, un organe de contrôle de la police belge, interroge actuellement le personnel de l'école Anneessens-Funck à Bruxelles pour tenter d'en savoir plus sur le jeune homme et comprendre pourquoi le signalement n'a donné suite à aucune enquête ou interpellation. D'après les documents consultés par les deux quotidiens, Bilal Hadfi exprimait régulièrement des propos extrémistes en classe et ses professeurs avaient, à plusieurs reprises, formulé de sérieuses inquiétudes quant à son évolution.

Son départ pour la Syrie signalé dès avril

Le jeune homme avait même été convoqué par le directeur de son établissement à ce sujet. Celui-ci avait prévenu les autorités que Bilal Hadfi avait rejoint la Syrie dès le 27 avril, deux mois après son départ, mais une fois de plus, cette signalisation s'était soldée par un échec. D'après "Le Soir", ce n'est qu'après les attentats du 13 novembre, où Bilal Hadfi...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.contan il y a 12 mois

    les traitres sont à l'interieur de l'europe passoir

  • M940878 il y a 12 mois

    en effet , un français !