Attentats de Paris : Salah Abdeslam a eu des remords, selon son frère

le , mis à jour le
3
Salah Abdeslam, photo d'illustration.
Salah Abdeslam, photo d'illustration.

Salah Abdeslam a "volontairement refusé de se faire sauter", selon son frère Mohamed, qui s'est confié à BFM TV. Il a rendu visite au logisticien présumé des attentats de Paris dans sa cellule de Bruges ce vendredi 1er avril et a confirmé ce qu'avait indiqué François Molins, le procureur de Paris, après l'interpellation du 18 mars. Mohamed Abdeslam affirme que son frère aurait eu des remords avant de déclencher sa ceinture d'explosifs et que c'est pour cela qu'il a fait marche arrière le 13 novembre.

"Heureusement, je n'ai pas été jusqu'au bout"

Le frère du détenu a aussi assuré qu'il avait l'intention de collaborer et qu'"il a des comptes à rendre à la France, pas à la Belgique". Salah Abdeslam n'aurait pas été au courant du détail des opérations du Bataclan et de Saint-Denis et prétendrait ne pas être la tête pensante du réseau. Son frère ajoute qu'il aurait déclaré : "Heureusement, je n'ai pas été jusqu'au bout", expliquant s'être fait entraîner dans le projet macabre par des connaissances.

Concernant les attentats de Bruxelles, si le lien a été établi entre le logisticien présumé et les hommes qui ont déclenché les ceintures d'explosifs à l'aéroport de Zaventem et dans la station de métro Maelbeek de la capitale belge le 22 mars dernier, Mohamed Abdeslam indique que son frère Salah nie toute implication dans ces attaques. Il était au courant "car il a la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • laquitta le samedi 2 avr 2016 à 12:44

    nos gouvernants étant des spécialistes du repentir, je parie que françois va lui donner la légion d'honneur

  • dominot le samedi 2 avr 2016 à 09:35

    Bah oui finalement ce sont des bons gars....

  • mucius le samedi 2 avr 2016 à 08:55

    Il a eu des remords! Vous voyez : il est pas si mauvais que cela. Ca doit être la société qui l'a corrompu. Nous tous sommes donc responsables de ne pas l'avoir assez aimé, de l'avoir sans doute humiliés (nous sommes tous tellement racistes, dit la campagne en cours).