Attentats de Paris : le journaliste australien qui voulait interviewer Édith Piaf

le , mis à jour le
0
Des journalistes couvrant les événements depuis les attentats de Paris et Saint-Denis, photo d'illustration.
Des journalistes couvrant les événements depuis les attentats de Paris et Saint-Denis, photo d'illustration.

Depuis les attentats, les journalistes du monde entier affluent à Paris pour couvrir les tragiques événements. Après les attaques terroristes de vendredi dernier, un journaliste australien a contacté Léa, une journaliste qui collabore régulièrement avec des médias étrangers. Il voulait qu'elle soit sa fixeuse, c'est-à-dire qu'elle assiste un correspondant étranger sur le terrain, raconte-t-elle à

L'Express. Rémunérée 300 euros la journée, Léa doit aider son confrère à trouver les lieux où les événements pour des reportages ou des interviews. Elle ne s'attendait pas, en revanche, à ce que le correspondant, qu'elle appelle James, lui demande d'interviewer Tina Arena, Nick Cave ou encore Carla Bruni. "Je voudrais faire une interview avec elle et qu'elle nous joue un morceau en hommage aux victimes", explique-t-il à propos de la chanteuse franco-italienne.

"Au fait, elle est morte, Édith Piaf ?"

"Je comprends vite qu'il n'est pas exactement journaliste, mais producteur, que l'émission de télévision pour laquelle il bosse est un show", explique-t-elle en décrivant le projet fou de James : installer un grand écran devant le Bataclan pour retransmettre un live des Eagles of Death Metal, organiser un concert dans un piano-bar avec des survivants pour "filmer les larmes en train de couler". Les demandes, déjà ahurissantes, atteignent des sommets lorsque ce dernier lui demande d'interroger Édith Piaf ! "Au...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant