Attentats de Charlie : les policiers dédouanés

le , mis à jour le
1
Hommage au policier tué lors de l'attaque de Charlie Hebdo, Franck Brinsolaro.
Hommage au policier tué lors de l'attaque de Charlie Hebdo, Franck Brinsolaro.

Ingrid Brinsolaro, la veuve du policier en charge de la sécurité de Charb, avait porté plainte contre X pour "homicide involontaire". Le Figaro révèle qu'un rapport de la police des polices affirme qu'il n'y a pas eu de fautes commises par le Service de la Protection (SDLP). Cette enquête a été réalisée par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN). Sur France 3, la veuve de Franck Brinsolaro avait estimé, mardi 5 janvier, que "si le dispositif avait été à la hauteur de la menace, si la menace n'avait pas été sous-estimée, ça ne serait pas arrivé. Peut-être que ça ne serait pas arrivé."

Pas d'infraction de "non-assistance à personne en danger"

Comme le rappelle Le Figaro, la voiture de police stationnée en bas de l'immeuble avait été retirée en 2014. Une décision justifiée par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui avait précisé sur RTL avoir pris la décision, "pour des raisons de sécurité", d'y "substituer des gardes dynamiques". Autre point examiné par le dossier, le comportement du deuxième policier en charge de la sécurité de Charb. Sylvain Louvet, journaliste de l'agence de presse Premières lignes, avait contacté ce policier qui lui aurait répondu être en congés. Le rapport précise qu'il ne "serait pas resté inactif, mais aurait passé plusieurs appels, à Franck Brinsolaro et à sa hiérarchie".

Le rapport s'est aussi intéressé à une autre zone...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jyth01 il y a 11 mois

    La garde dynamique est moins efficace que la garde à poste fixe avec communication permanente (+caméras aujourd'hui) dans un maillage étroit. Je l'ai vérifié en 2016-17 à Buenos Aires, avec les beaux quartiers hyper sécurisés: un policier en fixe à chaque carrefour avec gilet et téléphone. On n'est pas abordé par les racketteurs. Par centre centre de Santiago du Chili, en plein jour, police mobile: j'ai été agressé. Donc explication légère de Caseneuve