Attentats à Paris : l'étrange nuit de l'équipe de France

le , mis à jour le
0
A l?issue du match, Noël Le Graët, le président de la FFF, et Thierry Braillard, le ministre des Sports, se sont rendus dans les vestiaires afin d?annoncer la terrible nouvelle aux joueurs.
A l?issue du match, Noël Le Graët, le président de la FFF, et Thierry Braillard, le ministre des Sports, se sont rendus dans les vestiaires afin d?annoncer la terrible nouvelle aux joueurs.

Une demi-heure après leur victoire face à l'Allemagne (2-0), l'équipe de France est sous le choc. Jallet, Coman, Lloris, Pogba sont dans le couloir qui mène au Stade, les yeux rivés sur un écran qui diffuse une chaîne d'info en continu. Comme les Français derrière leur poste de télévision, ils découvrent hébétés les tragiques événements qui se déroulent depuis le début de la soirée. À l'issue du match, quelques minutes plus tôt, Noël Le Graët, le président de la FFF, et Thierry Braillard, le ministre des Sports, se sont rendus dans les vestiaires afin d'annoncer la terrible nouvelle. Pendant vingt minutes, les deux hommes, les joueurs et le staff restent dans le vestiaire et comprennent le lien avec les deux détonations entendues en première mi-temps.

La s?ur de Griezmann était au Bataclan

« En une seconde, ils ont tous basculé dans le choc, explique Thierry Braillard dans les colonnes du Parisien. Il y a eu un silence glacial [?] Un par un, tous les joueurs se sont précipités sur leurs téléphones. Ils avaient tous reçu des messages de soutien. » Les conférences de presse et le passage des joueurs en zone mixte ont bien entendu été annulés et les joueurs ont été confinés dans les vestiaires. L'émotion était palpable, notamment pour Antoine Griezmann : sa s?ur était présente au Bataclan. « Grâce à Dieu, elle a pu en sortir », a-t-il finalement expliqué sur Twitter.

  

Les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant