Attentat en Isère : "Il a dû imaginer qu'en fonçant dans les bonbonnes cela suffirait"

le
0
Vue de l'usine d'Air Products, visée vendredi matin par une attaque.
Vue de l'usine d'Air Products, visée vendredi matin par une attaque.

Après l'attaque qui a visé un site industriel d'Air Products, classé Seveso, à Saint-Quentin-Fallavier (Isère) vendredi matin, nous avons interrogé un avocat expert en droit de l'environnement, Malik Memlouk, du cabinet Boivin et associés (cabinet qui était intervenu durant le procès AZF).

Le Point.fr : Le Code de l'environnement contient-il des mesures contre le terrorisme ?

Malik Memlouk : Non, il n'y a pas dans le Code de l'environnement de mesures prenant en compte spécifiquement le risque terroriste. Cependant, il existe des classements du ministère de l'Intérieur, qui sont souvent confidentiels. Si un dépôt de carburant est extrêmement sensible par exemple, il est surveillé par le ministère.

Des mesures de protection de l'environnement peuvent-elles aider à se défendre face aux attaques terroristes ?

Oui, car les installations classées doivent être clôturées et mettre en place des contrôles d'accès. Elles doivent aussi mettre en ?uvre des mesures pour éviter des explosions, par exemple en cas de choc avec un véhicule, qu'il soit volontaire ou involontaire. Donc les contenants, comme les bonbonnes, sont prévus pour résister aux chocs.

La solidité des contenants a pu permettre d'éviter plus de dégâts ?

C'est probable. Le terroriste a dû imaginer qu'en fonçant dans les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant