Attentat de Nice : le jour où le pape a appelé Christian Estrosi

le
0
Le pape François, en juillet 2016. 
Le pape François, en juillet 2016. 

Anthony Borré, directeur de cabinet de Christian Estrosi, se souviendra longtemps de ce coup de fil, au lendemain de l'attentat de la promenade des Anglais. Le téléphone portable du président de la métropole Nice Côte d'Azur, que celui-ci a confié à son bras droit, se met à sonner en indiquant « numéro masqué".  Anthony Borré décroche.

« Bonjour, Christian Estrosi ? dit une voix avec un accent espagnol très fort.

- Je suis son directeur de cabinet. Que puis-je faire pour vous ?

- Bonjour, c'est le pape François au téléphone ! »

Une colonie d'anges passent, très vite, très, très vite... « J'ai la gorge nouée, se souvient Anthony Borré, d'habitude impassible. Et je bredouille : Excusez-moi, je vais chercher Christian Estrosi. J'aurais aimé trouver une autre formule, mais j'étais trop ému. Je passe une tête dans le bureau de Christian Estrosi, qui est en rendez-vous. Je lui tends le téléphone, il bondit de sa chaise en apprenant qui est à l'autre bout du fil. Il n'en revient pas, il répète, trois fois : Vous êtes le Saint-Père ? »

La conversation dure une minute trente. Le pape voulait témoigner de son soutien, et il invite les victimes de l'attentat et leurs proches pour une audience privée à Rome, le samedi 24 septembre. La Ville de Nice a affrété des bus et deux avions pour transporter la délégation. « Je prierai pour vous,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant