Attentat d'Ankara : la Turquie cherche ses coupables

le , mis à jour le
0
La foule porte le cercueil d'une victime de l'attentat d'Ankara dimanche 11 octobre.
La foule porte le cercueil d'une victime de l'attentat d'Ankara dimanche 11 octobre.

Au lendemain de l'effroyable attaque à Ankara, la Turquie pleure et enterre ses morts. Toute la journée, les photos et les noms des victimes sont égrenés sur les réseaux sociaux. Selon un bilan encore provisoire, la double explosion survenue samedi matin aux abords de la gare d'Ankara a fait au moins 95 morts : la plus lourde attaque terroriste de l'histoire de la République turque.

Les victimes sont pour la plupart des militants de gauche, des syndicalistes et des membres du parti pro-kurde HDP. Tous se rendaient à la marche pour la paix organisée dans la capitale pour appeler à mettre un terme aux combats entre l'armée turque et les rebelles du PKK. Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a décrété trois jours de deuil pour les victimes d'Ankara, mais également pour les quelque 150 soldats et policiers tombés contre le PKK depuis juillet. Les législatives n'ont lieu que dans vingt jours, mais tous les partis ont suspendu leur campagne. Dimanche matin, malgré la peur d'une nouvelle attaque, des milliers de personnes sont venues se recueillir sur les lieux du drame, avant de se voir barrer la route par un important dispositif policier. Certains dans la foule scandent des slogans hostiles au pouvoir central, et notamment au président turc : « Erdogan : assassin ! ».

LIRE aussi notre article « Ankara : des manifestants accusent le gouvernement »

Des refrains repris également...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant