Arlit : Thierry Dol, ancien otage, va porter plainte contre l'État

le
0
Thierry Dol, ancien otage d'Aqmi, va déposer une plainte contre l'État et contre son ancien employeur, Areva, pour mise en danger de la vie d'autrui et non-assistance à personne en danger.
Thierry Dol, ancien otage d'Aqmi, va déposer une plainte contre l'État et contre son ancien employeur, Areva, pour mise en danger de la vie d'autrui et non-assistance à personne en danger.

Un ancien otage d'Aqmi porte plainte contre l'État pour non-assistance à personne en danger, selon Le Parisien. Thierry Dol, enlevé en septembre 2010 par Aqmi alors qu'il était ingénieur pour Areva, va également déposer une plainte contre son ancien employeur pour mise en danger de la vie d'autrui. L'ingénieur martiniquais souhaite connaître les conditions de son enlèvement et de sa libération.

Il estime que son employeur de l'époque et les autorités françaises n'ont pas suffisamment mesuré les risques encourus par les anciens otages. Selon lui, « une note de l'entreprise, reçue à l'été 2010, nous incitait à davantage de prudence, preuve que la société n'ignorait pas ces risques ». Thierry Dol précise qu'« au moment de notre enlèvement, des investisseurs chinois étaient présents. Leur sécurité a-t-elle primé sur la nôtre ? Je veux que toute la lumière soit faite ».

« Il y a une nébuleuse dans la gestion de cette affaire, alors que les services secrets français savaient exactement où étaient les otages », explique maître Alex Ursulet, avocat de Thierry Dol, sur RTL. La plainte devrait être déposée dans les jours à venir.

26 euros par jour de détention

L'ancien otage revient également sur ses conditions de captivité. « Nous étions la plupart du temps attachés, les yeux bandés, vivant et dormant à même le sol. Ils nous traitaient comme des esclaves »,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant