Areva va procéder à des licenciements secs, selon les syndicats

le
0
LES SYNDICATS D'AREVA ALERTE SUR DES LICENCIEMENTS SECS
LES SYNDICATS D'AREVA ALERTE SUR DES LICENCIEMENTS SECS

PARIS (Reuters) - Areva va procéder à des licenciements secs dans le cadre de son plan de sauvetage, ont annoncé lundi les syndicats du spécialiste public du nucléaire.

Le groupe a annoncé début mai son intention de supprimer entre 5.000 et 6.000 postes au niveau mondial sur trois ans, dont 3.000 à 4.000 en France, en promettant de tout faire pour éviter des départs contraints.

"Lors des réunions des 9 et 10 juin sur la mise en place du PSE (plan de sauvegarde de l'emploi, NDLR) sur le groupe, la DRH a confirmé que des mesures de licenciements secs étaient en cours sur au moins une société du groupe", écrivent la CFDT, la CGT, la CFE-CGC, FO et l'Unsa dans un communiqué commun.

"Les organisations syndicales ont rappelé les engagements publics des ministères et même de la présidence de la République. Rien n'y a fait, la direction persiste et signe: les procédures se poursuivront", ajoute l'intersyndicale, sans préciser le nombre de postes qui seraient concernés par des licenciements.

Areva n'a pas commenté ces informations dans l'immédiat.

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a déclaré à plusieurs reprises que le plan de sauvetage d'Areva n'entraînerait aucun licenciement sec et devrait préserver tous les sites de production du groupe en France.

L'entreprise, dont l'Etat français détient près de 87% du capital, emploie près de 44.000 personnes, dont 28.520 en France (environ 65% des effectifs totaux).

Areva négocie la cession à EDF d'une participation majoritaire dans son activité de réacteurs nucléaires.

(Benjamin Mallet, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant