Après les attentats, la fréquentation revient à la normale pour les soldes

le , mis à jour à 17:47
0

Après un début des soldes d'hiver plombé par les attentats, les consommateurs ont repris le chemin des magasins. Mais les boutiques doivent consentir des rabais importants.

«Les choses sont assez vite revenues à la normale». De l'avis de Gérard Atlan, le président du Conseil du Commerce de France (CdCF) qui regroupe les grandes fédérations de commerçants, les soldes d'hiver qui ont démarré le 7 janvier dans un contexte dramatique se poursuivent un peu plus sereinement. Ce mercredi 28 janvier, à mi-parcours de cette période importante, la fréquentation des boutiques a retrouvé des niveaux similaires à ceux de l'an dernier à la même période.

Selon les estimations de Toluna pour le magazine professionnel LSA, l'affluence de la semaine qui vient de se clore est identique à celle de la troisième semaine des soldes d'hiver 2014. En Ile-de-France, qui avait été particulièrement affectée par les attentats et la mise en place du plan Vigipirate «Alerte Attentat», le trafic est même plus fort de 4%, «signalant un rattrapage très partiel après les attentats», analyse l'institut de sondage.

Ce rattrapage relatif se confirme dans les centres commerciaux, où la fréquentation s'est redressée au bout de deux semaines, pour limiter son recul à 3,7% dans l'Hexagone et 5,5% en Ile-de-France, sur la première quinzaine selon les données du Conseil national des centres commerciaux (CNCC). Ce bilan est plus qu'honorable alors que les cinq premiers jours ont été marqués par une baisse de 7,8% du trafic dans les centres commerciaux en France et de 12,2% dans ceux d'Ile-de-France. «Les commerçants ont heureusement très vite réagi en anticipant les deuxièmes démarques et en proposant des remises considérables», explique Jean-Michel Silberstein, le délégué général du CNCC.

Retour du froid et inquiétude moins vive

Cet effort est indispensable au vu des stocks très importants dûs à une saison automne-hiver perturbée par la météo trop clémente. Moins d'une semaine après le coup d'envoi des soldes, il n'était pas rare de voir des rabais de 60 à 70% dans les enseignes d'habillement, qui représentent 70% de l'activité des soldes. «Le froid est revenu ces derniers jours, ce qui a aidé à écouler les plus grosses pièces», ajoute Gérard Atlan à au CdCF.

Pour autant, au delà du retour à une fréquentation normale, rien n'est gagné sur le front des ventes. Au contraire. «Il est à craindre que le chiffre d'affaires perdu les premiers jours ne soit pas compensé malgré une semaine de soldes supplémentaires*», conclut le CNCC, confirmant le sentiment des commerçants dès la première semaine. Le lancement des soldes d'hiver est en effet le jour le plus dynamique de l'année pour les commerces de détail, devant le premier pic des achats de Noël et le premier dimanche des soldes d'hiver. «L'envie d'acheter ou de chercher des bonnes affaires est toujours réduite, ce qui rend les consommateurs plus difficiles à convaincre, estime Philippe Guilbert, directeur général de Toluna. Même si les risques d'attentats ne sont plus dans les principales raisons évoquées par les clients, seuls les achats prévus de longue date sont privilégiés. L'horreur et l'inquiétude sont moins vives, mais elles ont laissé des traces sur le moral des personnes interrogées.»

*En 2015, les deux semaines de soldes flottants ont été supprimées, au profit d'une semaine supplémentaire accolée à la fin des périodes légales. Les soldes d'hiver se clôtureront donc le mardi 17 février 2015.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant