Après les attentats : apprenez les gestes qui sauvent !

le
0
Un pompier de la caserne Colombier montre la technique du massage cardiaque aux participants d'une session d'initiation aux gestes et comportements qui sauvent.
Un pompier de la caserne Colombier montre la technique du massage cardiaque aux participants d'une session d'initiation aux gestes et comportements qui sauvent.

Deux heures intensives pour initier une quinzaine de participants aux premiers secours. C'est l'initiative lancée dans six casernes parisiennes par le général Philippe Boutinaud, chef de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, après les attentats. Aujourd'hui dispensées par des pompiers dans la capitale mais aussi la petite couronne et du reste de la France, ces séances visent à former les citoyens au dégagement d'urgence, aux positions d'attente, à l'arrêt d'une hémorragie et au massage cardiaque. Nous avons participé à une session à la caserne Colombier, dans le 6e arrondissement.

I- Le dégagement d'urgence

La première règle du secourisme est de ne pas déplacer un blessé inutilement. Cependant, en situation d'attentat, il est plus sûr d'éloigner la victime du danger et de la mettre à l'abri.

Il existe plusieurs sortes de dégagement d'urgence : il est possible de tirer la victime par les vêtements, par les poignets, sous les aisselles ou encore par les pieds.

II- La position d'attente

C'est la position dans laquelle il faut installer une victime en attendant les secours. Si le blessé présente un traumatisme, surtout s'il a fait une chute, il faut éviter de le changer de position. Si ce n'est pas le cas, il y a...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant