Anne Hidalgo ne veut pas de ministres à Paris

le
0
Protégée du chef de l'État, Audrey Azoulay lorgnait sur une circonscription parisienne. Mais la maire de Paris s'y oppose.
Protégée du chef de l'État, Audrey Azoulay lorgnait sur une circonscription parisienne. Mais la maire de Paris s'y oppose.

Au PS, les grandes man?uvres en vue des élections législatives ont déjà commencé. Elles concernent particulièrement Paris et l'Ile-de-France, qui sont en train de se transformer, dixit un cacique de Solférino, en « piste d'atterrissage pour apparatchiks et sous-ministres ». Pour l'heure, les avions font des ronds au-dessus de la piste. Leurs pilotes harcèlent Solférino et, parfois, le chef de l'État en personne, pour dénicher une place de choix afin d'atterrir sans trop de casse en 2017. Mais tout ne se passe pas comme prévu.

L'échec principal est celui d'Audrey Azoulay, que François Hollande pousse à entrer en politique lors de ce scrutin. La ministre de la Culture, dont le chef de l'État s'est beaucoup rapproché, s'est d'abord vu proposer par le PS la deuxième circonscription du Val-de-Marne. Elle est détenue par Laurent Cathala, vieux routier du PS qui a décidé de raccrocher les gants, et garantit presque une place au Palais-Bourbon (Cathala a engrangé plus de 65 % des voix au second tour en 2012). Mais Azoulay a refusé. Motif : trop loin de Paris.

Pré carré

Décidément chouchoutée, la ministre de la Culture a eu droit à une deuxième proposition, au moins aussi reluisante que la première : affronter Cécile Duflot dans la sixième circonscription de Paris. Située dans l'est de la capitale, elle est l'une des plus sûres de France pour le PS. Problème, Anne Hidalgo y a son...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant