Angoisse, Souci, Plurien, ces villages aux noms déprimants

le
0

En cette journée la plus déprimante de l’année, Le Figaro Immobilier salue quelques uns des endroits aux noms difficiles à porter. Si vous habitez un de ces lieux aux noms improbables, racontez nous.

À peine l’année 2017 a-t-elle commencé qu’on parle déjà de déprime. Ce troisième lundi du mois serait le jour le plus déprimant de l’année. Ironie du sort: il coïncide avec le début d’une vague de froid qui va toucher une bonne partie de la France. Pas de quoi être enthousiaste!

En cette journée atypique, Le Figaro Immobilier a décidé d’avoir une petite pensée pour tous ces habitants de lieux aux noms pas toujours faciles à porter. Vous êtes concernés si votre appartement ou votre maison se situe dans des communes comme Angoisse en Dordogne (640 habitants), Plurien dans les Côtes d’Armor, Soupir ou Soucy dans l’Aisne ou encore Villeperdue (Indre-et-Loire), des villages aux noms peu riants ou encore Mallemort, agréable bourg à la lisière de la Durance et du Vaucluse.

Des noms qui ne sont d’ailleurs pas toujours aussi déprimants qu’ils le semblent. Angoisse vient ainsi de l’Occitan Engoissa, qui signifie défilé, gorge. Ces lieux aux noms qui sonnent étrangement inspirent pourtant certains. Ainsi, le photographe Edouard Levé avait immortalisé des bâtiments du village, ses maisons dans une de ses séries.

Plus loin de chez nous, un artiste australien, prénommé Damien Rudd, a trouvé, via Google Maps, puis posté sur son compte Instagram les noms des rues, routes, lacs ou autres rivières les plus déprimants. En voici un petit aperçu en images. Ça vous dirait une petite excursion du côté de la «Devastation Island» ou de «Crying Lady Rock»? Aurez-vous le cran de vous tremper les pieds dans le «Miserable Lake» ou, pire dans le «Nightmare Lake»? Les appellations ne sont pas très attrayantes, certes. Mais si l’on vous dit que ces endroits se trouvent près de l’Australie, aux États-Unis, au Canada ou encore du côté de la Tunisie, cela vous donnera peut-être un peu plus envie? Après tout, c’est le cadre de vie qui compte, non? Le sable blanc et l’eau turquoise vous feront sans doute oublier les noms peu glorieux de vos (futures?) destinations. À vous de choisir.

• Suicide Bay (Tasmanie, Australie)

• Useless Loop (Australie)

• Devastation Island (Canada)

• Dead Woman Creek (Oklahoma, centre-sud des États-Unis)

• Suffering Street (Tunisie)

• Miserable Lake (Ontario, Canada)

• Crying Lady Rock (Comté de Clallam, Washington, États-Unis)

• Nightmare Lake (Montana, nord des États-Unis)

• Poverty Island (Michigan, Midwest des États-Unis)

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant